The Black Power

par | Juil 27, 2018 | Art | 0 commentaires

emplacement fenêtre

Bienvenue sur ComMemories ! Si vous êtes parents, lisez le guide " Les 5 erreurs à éviter pour parler de violence, de guerre et des attentats avec son enfant " : cliquez ici pour le recevoir gratuitement.

Si vous travaillez auprès d’enfants, réserver votre place pour le cours " Les 7 règles de base pour rassurer les enfants " : cliquez ici pour vous inscrire gratuitement. 

Merci de votre lecture et à très vite sur ComMemories.

Si vous n’avez jamais visité le Tate Modern de Londres, je vous conseille vivement d’y aller. Ce musée d’art contemporain regorge d’expositions gratuites, mais aussi d’expositions payantes et c’est de l’une d’entre elles dont je vais vous parler aujourd’hui.

En octobre 2017, une de mes amies m’a dit avoir visité une super exposition la veille au Tate Modern, racontant l’histoire de la culture noire américaine, alors en pleine ségrégation. Elle m’a conseillé d’aller voir cette exposition et ce que je peux dire c’est qu’elle avait raison. C’est une exposition sensible et pleine de sens.

Intitulé Soul of a Nation : Art in the Age of Black Power, cette exposition nous plonge dans l’univers du black power et du changement de statut des Afro-Américains. Par le biais d’artistes noirs, les œuvres d’art nous transportent dans le temps, de retour dans une période sombre de l’histoire des États-Unis.

Un peu d’histoire.

C’est dans les années 1950 que le mouvement des droits civiques débute aux États-Unis. L’objectif : obtenir une loi pour l’égalité entre Noirs et Blancs. Un long combat commence dans une société américaine divisée. Il faut savoir qu’à l’époque, la ségrégation faisait partie de la vie quotidienne des noirs américains que ce soit dans les services publics, comme les transports, ou des lieux publics, comme les restaurants. L’accès à l’université et l’emploi est également restreint. De nombreux Afro-américains décident de rejoindre le mouvement afin d’obtenir l’égalité de leurs droits. Ce sera chose faite le 2 juillet 1964 avec l’adoption du Civil Rights Act (la loi des droits civiques). Cependant, même si la loi adopte et reconnaît l’égalité des droits noirs/blancs, les mentalités vont être beaucoup plus lentes à évoluer, en particulier dans les états du sud des États-Unis. La partie qui sera la plus dure à faire évoluer et à faire accepter concerne le droit de vote des Afro-Américains. Malgré l’adoption du Civil Rights Act, plusieurs états du sud ne respectent pas le droit de vote des Noirs, les empêchant de s’inscrire sur les listes électorales et de voter. Il faudra une seconde loi, le Voting Rights Act (le droit de vote), qui sera adoptée le 6 août 1965, pour que la population noire puisse enfin être libre de voter.

Le combat pour l’égalité noirs/blancs fut très long, et il persiste encore aujourd’hui. C’est ce combat que les artistes noirs américains ont décidé d’immortaliser. Ce combat et cette vision de la liberté, va leur donner la force et l’inspiration nécessaire afin de réaliser des œuvres d’art qui témoignent de cette époque.

 

« It’s Nation Time »

À partir de ce moment, le black art mouvement est né. Un art pas comme les autres, car lié au mouvement des droits civiques, au combat pour l’égalité et à la violence quotidienne dont doivent faire face la population noire.

« Je ressens comme une obligation morale en tant qu’artiste noir, d’essayer de documenter de façon graphique ce que je ressens socialement » David Hamond, artiste.

Soul of a Nation nous emmène donc revivre cette période tourmentée des États-Unis et le combat de ces hommes et femmes.

Plusieurs postes de télévision se trouvent à côté de l’entrée de l’exposition. Nous pouvons regarder plusieurs discours et des figures marquantes de l’histoire du civil rights mouvement comme Martin Luther King ou Malcom X. Ces postes nous rappellent que malgré les œuvres exposées, il y avait également des voix qui s’élevaient pour l’égalité des droits.

Lorsque nous entrons dans la première salle, l’exposition commence en 1963. À cette époque, la population noire rêve d’une intégration dans la société américaine et l’égalité des droits. Le black power voit le jour. Des dizaines et ensuite des centaines de personnes africo-Américaine vont rejoindre ce mouvement avec un seul but : porter haut et fort la fierté de leur culture, de leur héritage et de leurs droits. Plus nous avançons dans l’exposition, plus nous avançons dans le temps. Les œuvres se succèdent. Certaines dénoncent le traitement dont les noirs sont victimes ainsi que la violence. D’autres sont plus légères et abstraites. Cette exposition est un mélange de peinture, de sculptures, de vêtements design, de photographies et bien plus encore. Nous passons de couleurs sombres à des couleurs pop et vibrantes, d’un monde triste et sans espoir à un monde chaleureux, joyeux et égalitaire.

Les artistes de l’époque ont immortalisé ces moments historiques dans des œuvres d’art touchantes, choquantes, sensibles et uniques. Elles nous invitent à réfléchir sur le sens de l’égalité, la liberté et la tolérance. C’est également une exposition où les hommages ont une présence très importante. Des personnalités politiques comme Malcom X, Angela Davis et Martin Luther King y ont naturellement leur place. Mais ils ne sont pas tout seuls. Le musicien John Coltrane et le boxeur connu dans le monde entier, Mohammed Ali, font également partie de cette exposition. On peut même admirer la photographie de Mohammed Ali grâce à l’artiste Andy Warrol. Ce dernier a utilisé la photo du boxeur pour créer une œuvre unique en utilisant du rouge, du noire et du vert. L’exposition se termine au début des années 1980 avec une série de photos.

 

L’unité comme message.

S’il y a un mot que je retiens de cette exposition, c’est le mot « unité ». J’ai trouvé que c’était un terme présent dans beaucoup d’œuvres exposées. Le black power c’est une histoire d’unité, de liberté, de culture, de couleur et d’espoir. Cette exposition nous montre aussi un combat difficile, car malgré l’adoption de lois visant à proclamer l’égalité des droits, les mentalités ont évolué avec beaucoup de temps et parfois même avec de la violence. Plusieurs œuvres ont été créées pour justement montrer cette violence. D’autres, au contraire, célèbrent la culture du black power. C’est une exposition qui mélange des aspects historique, sombre et coloré, mais avec une seule finalité : l’unité du peuple américain.

Ce n’est pas le genre d’exposition que l’on va visiter parce qu’on ne sait pas quoi faire pendant le week-end. Il y a un réel intérêt à faire en sorte que les gens réfléchissent sur cette période de l’histoire américaine. Il faut garder à l’esprit que malgré le fait que l’on se trouve dans un musée, les œuvres exposées sont liées à une période sombre et dramatique qui a changé l’histoire des États-Unis. Sauf que cette fois-ci, on n’apprend pas l’histoire à travers un livre, mais par le biais de différentes œuvres qui racontent chacune leurs propres histoires.

Voici une courte vidéo de présentation de cette exposition.

Vous l’aurez compris, cette exposition m’a énormément plu. On n’est absolument pas quelque chose de superficiel ou de fake. On se trouve dans quelque chose qui a été réel. Les artistes ont répondu à leur façon ce à quoi ils faisaient face. On peut admirer des œuvres touchantes, provocantes, mais qui au final portent toutes un message d’unité. Si vous avez l’occasion de voir cette exposition, je vous conseille vivement d’y aller.

1 Partages
Partagez1
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez