Rassurer ses enfants en utilisant la positivité saine

3 conseils pour rassurer ses enfants en utilisant la positivité saine

par | Août 6, 2020 | Premiers secours psychologiques pour les enfants | 0 commentaires

emplacement fenêtre

Bienvenue sur ComMemories ! Si vous êtes nouveau ici et que vous êtes parents, vous voudrez sans doute recevoir votre ebook " 3 Conseils indispensables à tous les parents pour aider vos enfants à mieux gérer leurs émotions " : cliquez ici pour le recevoir gratuitement. 

Merci de votre lecture et à très vite sur ComMemories !

Pas toujours simple de rassurer ses enfants en étant dans la positivité saine. On peut très vite tomber dans la positivité malsaine. Si votre enfant vous dit qu’il a peur d’aller à l’école, votre premier réflexe peut-être de lui dire, par exemple : « Mais si, tu vas voir ça va être cool, tu vas retrouver tes copains, tu vas jouer avec eux, tu vas être avec la maîtresse. Tu vas voir, tu vas passer un super moment ». On peut penser à tort que ce genre de phrase, qui part d’un bon sentiment, suffit pour rassurer son enfant, alors que non. Aujourd’hui, je vais vous donner 3 conseils pour rassurer vos enfants en évitant de tomber dans la positivité malsaine.

1. Reconnaître les émotions négatives que votre enfant ressent.

La première chose à faire c’est de reconnaître ce que votre enfant ressent de négatif en ce moment. Dans l’exemple que j’ai pris dans l’introduction, vous pouvez voir qu’à aucun moment le parent se trouve dans cette démarche-là. Ils se content juste de répondre pour remonter le moral de son enfant. Cet exemple part d’une bonne intention. Sauf que cette intention est malsaine, mais ce n’est pas intentionnel. La première chose à faire est donc de reconnaître que son enfant a peur d’aller à l’école aujourd’hui, qu’il se sent triste, qu’il peut être angoissé, etc. Et comment vous pouvez faire ça ? En étant dans l’empathie, en disant, par exemple, à votre enfant : « Ça arrive de temps en temps de ne pas vouloir aller à l’école, de ne pas vouloir voir ses copains et jouer avec eux. Moi-même quand j’avais ton âge ça m’est arrivé. Sache que je comprends ce que tu ressens et que c’est normal de se sentir comme ça de temps en temps ».

Dans cet exemple, le parent est premièrement dans la validation de ce que son enfant ressent, ce qui veut dire qu’il sait et prend en compte ce que son enfant ressent, et en ce moment il se sent mal. Ce parent est dans l’empathie puisqu’il se met à la place de son enfant et surtout il est dans la validation de ce qu’il ressent en lui disant que c’est normal de se sentir mal, ça arrive de temps en temps. C’est normal de rire aux éclats sur une terrasse d’un café, par contre ce n’est pas normal de pleurer. On vit dans une société où on a le droit de partager son bonheur, mais partager son mal-être est encore tabou. Le fait de dire à son enfant : « C’est normal de se sentir déprimé, triste, d’avoir peur de temps en temps » vous permet de lui enseigner à partager ses émotions, positives comme négatives, de les accueillir et les laisser circuler pour qu’ensuite elles puissent partir.

2. Chercher la source des émotions négatives.

La deuxième chose que vous allez pouvoir faire est de chercher la source des émotions négatives que votre enfant ressent. Concrètement, comment vous allez pouvoir faire ? En lui posant des questions, par exemple : « Depuis combien de temps tu te sens mal ? Tu as peur ? Tu es triste ? Est-ce qu’il s’est passé quelque chose à l’école pour que tu te sentes comme ça ? Est-ce que ta peur à une forme ? Une couleur ? Est-ce qu’il y a des moments de la journée où tu te sens bien, où tu sens que la tristesse, la peur s’en vont ? Est-ce qu’il y a des moments dans la journée ou tu te sens encore plus mal ? Si oui, qu’est-ce qui te rend encore plus mal ? Est-ce que c’est parce que tu joues tout seul pendant la récréation ? Est-ce que c’est parce que tu as du mal à faire un exercice ? Etc. ». Vous pouvez bien sûr poser d’autres questions à votre enfant, en fonction de la situation dans laquelle il se trouve et des émotions négatives qu’il ressent. Le plus important est de poser des questions qui vont vous permettre de mieux comprendre ce qu’il ressent et surtout d’en trouver la source.

Si on veut se débarrasser des émotions négatives, il faut aller à leur source pour les éradiquer, un peu comme des mauvaises herbes. Si on veut supprimer les mauvaises herbes, le simple fait d’enlever les tiges ne suffira pas, il faut aller à la racine.

3. Écouter et réconforter votre enfant.

Poser des questions à votre enfant c’est bien, mais il va être également très important d’être à son écoute et de le réconforter. Peut-être que vous aurez besoin de parler plusieurs fois avec votre enfant pour comprendre la source de son mal-être. Peut-être qu’il vous suffira d’une seule discussion avec lui pour comprendre ce qu’il ne va pas. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il va falloir le réconforter. Cela passe par être dans la validation, comme je l’ai dit dans le paragraphe précèdent en disant par exemple : « C’est normal de temps en temps d’avoir une baisse de moral, de se sentir triste, de ne plus vouloir aller à l’école, d’avoir peur, etc. ». Il va être très important de dire à votre enfant qu’il n’est pas tout seul, qu’il est entouré par vous (ses parents), mais aussi par les autres membres de sa famille, par ses amis, qu’il est entouré d’amour et que même si en ce moment il se sent mal, qu’il est entouré d’énergie et d’émotions positives qui vont l’aider à se sentir mieux. Peut-être pas dans l’immédiat, mais dans les jours et semaines qui viennent.

Il va être également essentiel de faire des activités avec votre enfant qui vont lui procurer un sentiment de bien-être, à court et long terme. Terminez votre conversation sur une note positive avec une action positive. C’est très important d’associer des actions aux mots. Vous pouvez jouer tous les deux, lire un livre inspirant ou motivant pour votre enfant, vous pouvez faire de la relaxation, de la visualisation, vous pouvez cuisiner un gâteau tous les deux, etc. Il existe plein d’activités que vous pouvez faire ensemble pour passer un bon moment, vous détendre et réinstaller des émotions positives chez votre enfant. À vous de trouver celles qui vous correspondent à tous les deux et qui vous feront passer un bon moment rempli de bonnes ondes.

Pour résumer :

Pour rassurer votre enfant en restant dans la positivité saine :

  • N°1 : Reconnaissez et validez les émotions négatives que votre enfant ressent en ce moment en lui disant par exemple : « C’est normal de se sentir comme ça de temps en temps»
  • N°2 : Cherchez la source des émotions négatives
  • N°3 : Réconforter votre enfant et faites des activités qui lui remonteront le moral et l’aideront à réinstaller des émotions positives en lui, à court et long terme

4 Partages
Partagez4
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez