Quelle méthode utiliser pour parler avec les enfants ?

par | Oct 3, 2019 | Parents, Premiers Secours Psychologiques, Professionnels de l'enfance | 0 commentaires

emplacement fenêtre

Bienvenue sur ComMemories ! Si vous êtes parents, lisez le guide " Les 5 erreurs à éviter pour parler de violence, de guerre et des attentats avec son enfant " : cliquez ici pour le recevoir gratuitement.

Si vous travaillez auprès d’enfants, réserver votre place pour le cours " Les 7 règles de base pour rassurer les enfants " : cliquez ici pour vous inscrire gratuitement. 

Merci de votre lecture et à très vite sur ComMemories.

Il y a des questions qui reviennent assez souvent lorsque les parents souhaitent des conseils pour parler de sujets difficiles avec leurs enfants. Quels sont les bons mots ou expressions à utiliser ? Est-ce qu’il y a une méthode à privilégier plus qu’une autre ? Dans l’article d’aujourd’hui, je vais vous parler de ces fameuses « méthodes ».

 

1. La méthode parfaite n’existe pas.

La première chose que je tiens à vous dire, c’est qu’il n’existe aucune méthode miracle pour parler de violence, de guerre, de mort ou des attentats avec les enfants. De même qu’il n’existe aucun mot ou expression universelle à utiliser avec tous les enfants. Si jamais vous tombez sur un livre, un article ou une émission qui vous dit : « voici la méthode unique et indispensable pour parler de sujets difficiles avec les enfants », sachez que c’est faux. D’ailleurs je déteste ce mot « méthode ». Ça me fait penser aux régimes qui vous promettent de perdre 5 kg ou plus par semaine avec leur fameuse « méthode révolutionnaire ». Premièrement, perdre 5 kg ou plus par semaine est déconseillé, ça peut être dangereux pour votre santé, et deuxièmement il n’existe aucune « méthode révolutionnaire » pour perdre du poids. Pour parler de sujets difficiles avec les enfants, c’est la même chose.

Je vais prendre l’exemple d’une recette de cuisine, un exemple que j’avais déjà pris dans un autre article. Lorsqu’on veut faire un gâteau au chocolat et qu’on a besoin d’une recette, généralement on la cherche sur Internet. Il suffit de taper « recette gâteau au chocolat » dans la barre de recherche et plusieurs recettes nous seront proposées. Ce qui est intéressant c’est que toutes ces recettes sont différentes, présentent des étapes particulières et utilisent des ingrédients différents. Par exemple, vous pouvez trouver une recette de gâteau au chocolat sans utiliser de beurre, une autre recette qui elle utilise du beurre, mais peu de sucre ou le remplace avec un autre ingrédient comme du miel ou du sirop d’agave. Vous pouvez également tomber sur une recette qui utilise du beurre et du sucre et une farine spécifique pour éviter le gluten dans le gâteau. Vous voyez que pour un seul objectif, qui est de faire un gâteau au chocolat, il y a plusieurs recettes qui existent. Il n’y en a pas juste une seule que tout le monde doit suivre à la lettre. Chacun a une diète, des besoins nutritionnels et des goûts différents, ce qui signifie que lorsque l’on veut faire un gâteau au chocolat, nous allons prendre le temps de regarder plusieurs recettes, avec des étapes et des ingrédients spécifiques qui vont correspondre à nos goûts et notre mode d’alimentation. Si on ne trouve aucune recette qui nous convienne, on peut toujours prendre celle qui nous correspond le plus et l’adapter à nos besoins en utilisant nos propres ingrédients. Ce n’est pas parce que vous allez créer une recette personnalisée que votre gâteau sera raté. Au contraire, vous connaissez vos goûts, vos besoins nutritionnels et vous ne faites qu’adapter la recette. Et bien avec les enfants ce sera pareil.

Il n’existe pas de méthode universelle pour parler de sujets difficiles avec eux. Pourquoi ? Parce que chaque enfant est unique, à sa propre personnalité, sa propre perception des choses, sa compréhension du monde, son vocabulaire et sa façon de communiquer. Ce qui veut dire que si on prenait une méthode universelle, elle pourrait peut-être fonctionner pour certains enfants, mais pas pour d’autres parce qu’une méthode universelle ne prend pas en compte le caractère unique de chaque enfant. Tout comme pour faire un gâteau au chocolat, il n’y a pas qu’une seule recette universelle, sinon comment feraient ceux qui sont en rééquilibrage alimentaire, ceux qui doivent faire attention à leur taux de cholestérol ou de diabète ? Ils ne pourraient pas en manger. D’où l’importance de plusieurs recettes. J’utilise volontairement l’exemple des recettes d’un gâteau au chocolat pour que vous compreniez qu’il n’y a pas de méthode parfaite pour parler de sujets difficiles avec les enfants.

 

 

2. Les étapes importantes à suivre.

Alors certes il n’y a pas de méthode parfaite. Par contre, il y a des étapes essentielles à suivre. On est d’accord que si vous faites un gâteau au chocolat, mais que vous ne mettez pas de chocolat dans votre gâteau, vous aurez loupé une étape essentielle. De même, vous n’allez pas mélanger le lait, la farine et le chocolat, mettre votre plat au four, le sortir du four et rajouter les œufs et le sucre en dernier. La dernière étape d’une recette c’est justement de mettre votre plat au four une fois que vous avez mélangé tous les ingrédients. Même si vous avez une recette personnalisée pour faire un gâteau au chocolat, il y a tout de même des étapes importantes à suivre. Pour parler de sujets difficiles avec les enfants, il va également falloir suivre des étapes.

Première chose à faire : vous préparer avant de parler avec les enfants. Comme pour une recette, vous n’allez pas vous mettre à cuisiner alors que vous n’avez pas tous les ingrédients sous la main, que vous n’avez pas la recette sous les yeux ou que votre four est en panne. Avant de commencer à faire votre gâteau, vous allez d’abord aller acheter tous les ingrédients, prendre le temps de bien relire la recette, voire de l’imprimer et vérifier que votre four fonctionne.

Prenez le temps de bien vous préparer avant la discussion. Ce n’est pas le genre de conversation où vous allez raconter une histoire, ou faire des blagues. Ce sont des conversations qui demandent un minimum de préparation. Qu’est-ce que vous devez préparer ? Les mots que vous allez utiliser, en vous basant sur l’âge et le niveau de compréhension de l’enfant, votre attitude, le lieu et le moment de la conversation, etc.

Autre étape indispensable : rassurer l’enfant à la fin de votre conversation. Ne rassurez jamais un enfant en premier. Tant que vous ne savez pas ce dont l’enfant a peur, ce qui le rend triste ou angoissé, vous ne pouvez pas le rassurer. Il faut d’abord parler avec lui et lui poser des questions si nécessaire.

 

3. S’adapter aux enfants.

C’est possible que vous vous sentiez un perdu et que vous vous disiez : « Je ne comprends pas. Vous me dites qu’une méthode universelle n’existe pas, mais qu’il y a des étapes importantes à suivre. Sur quoi je peux me baser pour vraiment être sûr que ce que je fais est correct ? »

Souvenez-vous, au début de cet article je vous disais que nous sommes tous différents, que nous avons des goûts différents et des besoins différents. Ce qui veut dire que lorsque nous allons rechercher une recette de gâteau au chocolat, je reste sur cet exemple, nous allons tous choisir une recette différente. Et pour faire ce choix, nous allons nous baser sur nous, notre personnalité, ce que nous aimons et surtout ce que nous voulons manger. Lorsque vous allez parler de sujets difficiles avec les enfants, il ne va pas falloir que vous partiez de vous, mais d’eux et de leurs besoins. Par exemple, si vous parlez avec un enfant qui a peur des attentats, on est d’accord que vous n’allez pas focaliser toute la conversation sur la notion de souvenir et de commémoration. Vous en parlerez si l’enfant pose des questions sur ce sujet précis, mais ce ne sera pas le sujet principal. Vous vous focaliserez sur les attentats, lui expliquerez ce que c’est, vous répondrez à ses questions et vous lui en poserez, pour savoir ce qui peut éventuellement lui faire peur pour pouvoir le rassurer. Une fois que vous aurez terminé de parler avec cet enfant, vous parlerez avec un autre qui lui n’aura absolument pas peur des attentats, mais sera très triste. Ce qui veut dire que vous n’allez pas passer la plus grande partie de votre temps à le rassurer (sauf si vous vous rendez compte pendant la conversation que l’enfant en a besoin), mais à le réconforter.

Le but est de partir des enfants, de leur personnalité unique et de ce qu’ils ressentent. C’est pour ça qu’une méthode universelle ne fonctionnerait pas, parce que chaque enfant est unique et ressent des émotions différentes.

 

Pour résumer, vous prenez une recette de gâteau au chocolat et tout le monde peut la reproduire. Par contre, nous avons tous des goûts différents. Il y a des personnes qui aiment le sucré et d’autres moins, des personnes qui veulent éviter le lait de vache et qui préfèrent le lait végétal, d’autres qui n’aiment pas les œufs, car elles sont véganes, etc. La recette du gâteau au chocolat est universelle sur le papier, ce qui signifie qu’elle convient à tout le monde. Mais dans la réalité, c’est différent. Chacun à sa propre façon de le faire avec ses propres ingrédients. Mais le résultat reste le même pour tous : un délicieux gâteau au chocolat.

La méthode parfaite et universelle pour parler de sujets difficiles avec les enfants n’existe pas. Par contre, les étapes importantes existent et vous devez les suivre tout en vous adaptant aux enfants.

Si vous êtes parents, lisez le guide « Violence – Guerre – Attentats : Comment en Parler à mon Enfant ? (6-8 ans) » dans lequel je vous explique comment parler de sujets sensibles avec vos enfants, quels mots utiliser pour qu’ils comprennent en douceur, comment vous mettre à leur niveau et utiliser la bonne posture pour leur parler et comment faire pour les rassurer : cliquez ici pour réserver votre exemplaire.

Le Podcast

Quelle méthode utiliser pour parler avec les enfants ?

by Elodie | The ComMemories Podcast

2 Partages
Partagez2
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez