Que faire quand son enfant est déprimé ?

Mon enfant est déprimé, que faire?

par | Juil 2, 2020 | Premiers secours psychologiques pour les enfants | 0 commentaires

emplacement fenêtre

Bienvenue sur ComMemories ! Si vous êtes nouveau ici et que vous êtes parents, vous voudrez sans doute recevoir votre ebook " 3 Conseils indispensables à tous les parents pour aider vos enfants à mieux gérer leurs émotions " : cliquez ici pour le recevoir gratuitement. 

Merci de votre lecture et à très vite sur ComMemories !

Les enfants aussi peuvent être déprimé. Même si d’habitude ils sont débordants d’énergie, de joie et de bonne humeur, il peut arriver qu’ils se sentent déprimés. Certains iront voir leurs parents pour en parler et d’autres pourront tout garder pour eux et se replier sur eux-mêmes. Dans les deux cas, il va être très important pour vous en tant que parents d’aller voir votre fils ou votre fille pour parler avec lui ou elle et l’aider à faire partir ce sentiment de déprime. Je vous explique tout ça en détail.

1. Mettre des mots sur les maux.

La première chose à faire c’est de parler avec votre enfant. Peut-être qu’il se peut que votre enfant ait du mal à exprimer ce qu’il ressent, qu’il ait du mal à trouver les mots pour décrire ce qui le fait souffrir en ce moment. La discussion n’a pas besoin d’être parfaite avec des mots précis, des belles phrases, etc. Il se peut que votre enfant arrive à s’exprimer facilement sur ce qu’il ressent et qu’il s’ouvre très vite à vous. Mais il se peut aussi que votre enfant ne soit pas vraiment ouvert à la discussion, à vous-même, et ait du mal à trouver les mots pour vous décrire ce qu’il ressent. Gardez à l’esprit que si votre enfant n’est pas vraiment ouvert à la discussion, vous pouvez toujours revenir le voir plus tard, et lui dire : « Si tu veux on peut en reparler plus tard. Je reviendrai te voir et on discutera de tout cela tous les deux ».

Si vous voyez que votre enfant a du mal à trouver les mots, proposez-lui un autre moyen de communication. Au lieu de lui demander de vous décrire ce qu’il ressent de négatif avec des mots, donnez-lui une feuille avec des stylos, des feutres ou des crayons de couleur, et demandez-lui de dessiner ce qu’il ressent. Vous pouvez aussi utiliser des figurines et demander à votre enfant de les utiliser pour qu’il puisse vous décrire ce qu’il ressent, mais cette fois-ci avec le jeu. Il peut également faire des gestes, des grimaces pendant que vous jouez. Ce que nous ressentons de négatif à un impact sur notre corps. L’expression du visage peut également être un indicateur de comment nous nous sentons. Vous allez tout de suite comprendre que tout va bien quand une personne sourit de façon authentique, alors qu’une personne qui pleure vous indique que quelque chose va mal. Ça peut être un bon exercice aussi pour votre enfant d’utiliser son corps, ses mains, son visage pour exprimer ce qu’il ressent. Parler avec votre enfant et l’aider à exprimer ce qu’il ressent de négatif, c’est la première étape.

2. Rassurer et encourager son enfant.

La deuxième étape va être de rassurer votre enfant. Une fois que vous aurez une idée plus claire de ce qui le déprime, une fois que vous aurez trouvé et compris la source de son mal-être, il va être très important de le rassurer. Il est primordial de dire à votre enfant : « C’est normal de se sentir déprimé de temps en temps. C’est normal de se sentir déprimé si un de tes copains ne veut plus parler avec toi, c’est normal de se sentir déprimé parce que tu as eu une mauvaise note à l’école, c’est normal de se sentir déprimé pour telle ou telle chose. Je comprends que ça te déprime, mais sache que je suis là, que je suis avec toi et que je vais faire tout ce que je peux pour t’aider à te sentir mieux. Tu es entouré, tu es aimé et tu vas y arriver ». Il est très important en plus de rassurer votre enfant, d’être dans l’empathie, dans la compréhension et surtout de l’encourager sur l’après. Alors c’est quoi l’après ? Et bien c’est quand votre enfant se sentira mieux. Pour le moment, votre enfant se sent déprimé, car il a passé une mauvaise journée, ses amis n’ont pas voulu jouer avec lui, ne veulent plus lui parler, il a eu une mauvaise note, etc. Mais ce ne sont que des passages. On traverse tous des moments comme ça dans notre vie et c’est sûr que sur le moment ça nous fait mal et ça nous déprime. Mais votre enfant est entouré par vous, par son autre parent, par sa famille, par ses amis. Il est entouré d’amour, de personnes bienveillantes qui vont l’aider à se sentir mieux.

C’est également très important d’encourager votre fils ou votre fille sur les ressources dont il ou elle dispose et de le lui rappeler. Ce n’est pas parce que votre enfant est petit qu’il ne possède aucune ressource. Par exemple, vous pouvez dire à votre enfant pour l’encourager : « Tu es tout le temps de bonne humeur, tu souris très souvent, tu es intelligent, les autres t’apprécient pour qui tu es. Ce n’est pas parce qu’aujourd’hui tu as eu une mauvaise note que ça veut dire que tu en auras tout le temps. L’échec n’est pas synonyme de fin du monde. Tu peux les transformer en force, tu peux les transformer en opportunité. Tu peux utiliser toutes les choses positives que tu as en toi pour transformer cette situation en quelque chose de meilleur ». Rassurer va bien au-delà du rôle de réconforter son enfant, de sécher ses larmes et de tourner la page. Réconforter c’est aussi encourager son enfant, c’est lui donner l’assurance et la confiance dont il a besoin pour surmonter ce qu’il vit de négatif en ce moment.

Les enfants aussi peuvent être déprimés

 

3. Passer à l’action.

Ce qu’il est très important de faire aussi, c’est d’associer des actions à vos mots. Parler c’est bien, agir c’est encore mieux. On dit souvent qu’il faut juger une personne non pas sur ces mots, mais sur ses actes. Maintenant que vous avez parlé avec votre enfant, que vous avez une idée précise de ce qu’il ressent, que vous l’avez rassuré, encouragé pour qu’il puisse passer à l’action et aller mieux, il va falloir l’accompagner dans les actions qu’il va prendre pour faire partir cette déprime et réinstaller en lui un sentiment de calme, de bien-être et surtout d’apaisement.

Pour cela, vous allez pouvoir faire plusieurs activités ensemble qui vont lui remonter le moral et qui vont surtout l’aider à booster sa confiance en lui. Dans un premier temps, vous pouvez lui faire un câlin, lire un livre, regarder un dessin animé, etc. Ce sont des actions sur le court terme qui vont permettre de faire diminuer le sentiment de déprime chez votre enfant. Sur le long terme, je vous invite à faire une liste d’affirmations positive avec votre enfant, vous pouvez relire ensemble toutes les choses que votre enfant a faites de bien dans sa vie, les concours qu’il a gagné, toutes les bonnes notes qu’il a ramenées à la maison, pour voir que finalement, même si aujourd’hui il y a un échec, c’est un cas isolé, car il a déjà accompli beaucoup de choses qui lui prouve que l’échec qu’il vit actuellement est insignifiant et qu’il peut à tout moment le transformer en force.

Je vous invite également à faire de la relaxation et de la méditation avec votre enfant pour l’aider à booster sa confiance en lui, à transformer ses échecs en force, et à ce qu’il puisse développer sa force mentale. Car prendre soin de son mental, ça commence dès le plus jeune âge. Encouragez votre enfant à sortir de sa zone de confort. Il peut par exemple, aller voir les enfants du voisin et jouer avec eux, ou aller voir d’autres enfants à l’école avec qui il n’avait jamais parlé, se faire de nouveaux amis, etc. C’est très important d’être dans l’action, des actions positives qui vont venir renforcer les émotions positives que votre enfant ressent au plus profond de lui et qui vont venir renforcer toutes les ressources dont il dispose déjà à l’intérieur de lui.

Pour résumer :

Pour aider votre enfant déprimé :

– 1. Parlez avec lui et aidez-le à exprimer ce qu’il ressent par la parole, le dessin, l’écriture ou le jeu.

– 2. Rassurez-le et encouragez-le.

– 3. Faites des activités positives qui lui permettront de réinstaller un sentiment de bien-être en lui.

4 Partages
Partagez4
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez