Quand la lumière rencontre l’obscurité à travers des sculptures de verre.

par | Sep 29, 2017 | Art | 0 commentaires

emplacement fenêtre

Bienvenue sur ComMemories ! Si vous êtes parents, lisez le guide " Les 5 erreurs à éviter pour parler de violence, de guerre et des attentats avec son enfant " : cliquez ici pour le recevoir gratuitement.

Si vous travaillez auprès d’enfants, réserver votre place pour le cours " Les 7 règles de base pour rassurer les enfants " : cliquez ici pour vous inscrire gratuitement. 

Merci de votre lecture et à très vite sur ComMemories.

Selon Roger Miles et Lauro Zaval (auteurs), les musées veulent montrer l’histoire d’une nouvelle façon. Selon eux : « Le désir de « montrer » l’histoire en faisant du passé une expérience est l’ingrédient clé de la nouvelle génération de musée… L’histoire devrait être mise en valeur en 3-D et inclure la vie quotidienne des personnes, qu’elles soient connues ou inconnues ». L’exposition que je vous présente aujourd’hui, intitulé Unknown, rentre parfaitement dans cette thématique.

Tout commence dans un château Ecossais.

Cette exposition a eu lieu au Black Watch Museum, à Perth, petit ville située en Ecosse. Ce musée a été créer en 1962 et raconte l’histoire du Black Watch Régiment, le plus ancien bataillon Ecossais, à travers plusieurs expositions permanentes. Je ne vais pas rentrer les détails du Black Watch Museum ici. Un autre article y sera consacré dans quelques semaines. Le musée se trouve au château de Balhousie, qui dispose d’une pièce spécialement aménagée pour les expositions temporaires. C’est dans cette pièce que l’exposition Unknown a été installé. La pièce est divisée en deux parties : une pour l’exposition permanente consacrée à la partie moderne du bataillon, et une autre qui est réservé pour les expositions temporaires. L’exposition a eu lieu en mars 2016 et a été installé par le conservateur du musée, le responsable projet et Alison Kinnaird (l’artiste). C’est cette dernière qui a décidé du design et de la disposition de son œuvre.

Des détails qui prennent vie.   

Cette exposition nous présente 52 personnages en verre qui représente chacun la fragilité de la vie en temps de guerre. Les soldats sont accompagnés de civils qui représentent, selon l’artiste, les dommages collatéraux. Car au final la guerre nous affecte tous. Cette exposition est loin d’être grande, extravagante et imposante. C’est ce qui en fait son charme. C’est un travail de minutie, de détails qui change tout. Chaque sculpture à sa propre identité. Elle est comme vivante grâce aux gravures et aux détails qui la compose. Mais ces détails ont besoin de deux éléments pour être admirés. Le premier est la couleur dominante utilisée : le noir. C’est d’ailleurs ce qui frappe le visiteur en premier lorsqu’il rentre dans la pièce pour découvrir cette exposition : il fait sombre. Mais ce n’est pas pour autant qu’il se sent mal à l’aise, bien au contraire. Le deuxième élément est la lumière. C’est cet aspect qui permet d’être en confiance car c’est une lumière douce. La combinaison de ces deux extrêmes, couleur sombre et lumière, donne un résultat époustouflant.

Cette exposition surprend par sa nature. On est très loin des expositions colorées, montrant des dizaines d’objet différent, si ce n’est plus. Premièrement, Unknown est une exposition simple de par sa disposition. La mise en scène est réduite au minimum. Deuxièmement, elle est minimaliste. Cela est rendu possible grâce aux sculptures qui ne mesurent pas plus de 50 centimètres de haut. Troisièmement, elle est sobre. La couleur principale est le noir. L’artiste a également parsemé des coquelicots autour des sculptures de verre. Le coquelicot est le symbole de commémoration au Royaume-Unis. Il permet de se souvenir de tous les soldats tombés au combat. Il est très populaire, surtout au moment du Poppy Appeal qui se déroule tous les ans au mois de Novembre pour les cérémonies commémoratives de l’armistice du 11 Novembre. Il était donc logique pour Alison Kinnaird d’associer ce symbole national à son œuvre.

 

Une exposition simple mais poignante.

On pourrait résumer cette exposition en deux mots : simplicité et efficacité. Même si la création des sculptures à demander des heures de travail à l’artiste, la simplicité est la clé de cette exposition. Il n’y a pas de superflus. Tout est dit avec les sculptures et les sentiments se devinent à travers les visages des soldats et civils. Le but de cette exposition est de montrer la violence et le traumatisme causé par les conflits à travers le monde. C’est aussi un moyen de condamner les actes de guerre. Les visiteurs sont touchés lorsqu’ils regardent les sculptures. Il y a une certaine émotion qui se dégage de cette œuvre, qui nous rappelle que des conflits sont toujours en cours et qu’il ne faut pas oublier ceux qui en souffrent. Grâce à cette exposition, les visiteurs sont encouragés à réfléchir sur les aspects les plus violents de la guerre sans pour autant en être choqué.

 

Malgré la gravité du sujet, l’exposition met les visiteurs à l’aise et en confiance. Ils ont la possibilité de vivre une expérience liée à la guerre sans pour autant ressentir de l’insécurité ou de la peur. La finesse des détails, les jeux de lumière et le fond noir donne au visiteur une expérience inédite. L’atmosphère est douce, en particulier grâce aux lumières. Ces dernières permettent de mettre en avant les détails gravés dans les sculptures. Chaque soldat et civil ont leur propre expression et identité. Les détails sont très précis, à tel point que nous pouvons observer des visages fatigués, des traits tirés et de la souffrance. On a même l’impression que les sculptures prennent vie et qu’elles racontent l’une après l’autre leur histoire.

Unknown est une exposition destinée à un public adulte, voir adolescent de plus de 15 ans. La cause ? Le sujet et les détails. Car même si l’ambiance de cette installation met le visiteur à l’aise, certains détails pourraient heurter la sensibilité des plus petits, en particulier la sculpture représentant un squelette jouant de la cornemuse, le tout mise en valeur par une lumière rouge. Le Black Watch Museum est un musée familial et cette exposition tranche avec l’audience habituelle du musée. L’équipe a cherché à attirer un public différent avec cette exposition, un public ayant un intérêt pour l’art et non pour tout ce qui touche au milieu militaire. Même si le thème est lié à la guerre, cette exposition est avant tout une exposition d’art. Ce qui nous montre et nous prouve qu’il est possible de combiner des sujets difficiles avec de l’art.

Quelques mots sur l’artiste.

Alison Kinnaird est née en 1949 0 Edimbourg, en Ecosse. Elle a étudié l’archéologie à l’université d’Edimbourg. En plus d’être artiste elle est musicienne et a écrit plusieurs livres sur la musique traditionnelle et la harpe Ecossaise. Elle a reçu en 1997 le titre honorifique de membre de l’ordre de l’Empire Britannique. Elle travaille principalement avec du verre et a est connu à l’échelle internationale tant dans des collections publiques, privées et royales.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les œuvres d’Alison Kinnaird , vous pouvez visiter son site http://www.alisonkinnaird.com/home

2 Partages
Partagez2
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez