L’importance d’enseigner aux enfants à être autonomes dans la gestion de leurs émotions

par | Déc 26, 2019 | Premiers secours psychologiques pour les enfants | 0 commentaires

emplacement fenêtre

Bienvenue sur ComMemories ! Si vous êtes nouveau ici et que vous êtes parents, vous voudrez sans doute recevoir votre ebook " 3 Conseils indispensables à tous les parents pour aider vos enfants à mieux gérer leurs émotions " : cliquez ici pour le recevoir gratuitement. 

Merci de votre lecture et à très vite sur ComMemories !

Hier soir, je suis tombé sur une vidéo d’une professeur des écoles en Belgique que j’ai trouvé très intéressante et qui montre que le système d’aujourd’hui est absolument inadapté pour l’apprentissage des enfants. Vous pouvez la regarder en cliquant ici. Cette vidéo inspire l’article d’aujourd’hui dans lequel je vais vous parler de l’importance à enseigner aux enfants à être autonomes, en particulier dans la gestion de leurs émotions.

1. Les enfants doivent apprendre à être autonomes, même dans la gestion de leurs émotions.

Dans cette vidéo, Céline Alvarez, professeur des écoles en Belgique, explique que la chose la plus importante pour les enfants est l’autonomie. Savoir faire ses lacets ou mettre son manteau tout seul, font partie des choses que les enfants doivent être capable de faire seul. Cela s’applique aussi dans l’apprentissage avec les jeux ou la lecture, et j’irai même encore plus loin. Il y a quelque temps, j’ai écrit deux articles sur comment enseigner aux enfants à prendre soin de leur mental. J’y explique l’importance de prendre soin de son mental, pour nous les adultes, mais aussi pour les enfants, car même s’ils sont petits, ils peuvent être confrontés aux stress. Les enfants, une fois adultes, seront encore plus confrontés au stress. Il est essentiel de commencer à leur enseigner à prendre soin de leur mental dès le plus jeune âge. Vous pouvez le faire avec des exercices de respiration, de visualisation ou de relaxation.

Nous avons tendance à voir les enfants comme étant des petits êtres fragiles et trop jeunes pour comprendre certaines choses. Alors que non. Si les enfants apprennent à reconnaître les signes d’un mal-être qui s’installe en eux et qu’on leur enseigne ce qu’il faut faire pour qu’ils se sentent mieux, ce sont des enfants qui vont devenir très tôt autonomes sur leurs propres ressentis. Ils seront capables de savoir quand ils se sentent mal, reconnaître les signes d’un mal-être et mettre en place les actions nécessaires pour le faire partir et se sentir mieux. Les enfants qui auront appris cela très tôt continueront de mettre en place ces actions une fois adultes. Parce que les enfants ne restent pas petits pour toujours. Ils grandissent, deviennent des adultes et le but est de leur donner des outils pour que très tôt ils sachent reconnaître les signes du stress, de l’anxiété ou des angoisses pour qu’ensuite ils puissent faire partir tout ça et se sentir mieux. Mais bien sûr tout ça, ils ne peuvent pas le faire seuls et ont besoin de quelqu’un qui les accompagne.

2. Guider les enfants.

Dans la vidéo, Céline Alvarez parle du rôle essentiel des enseignants. Les enfants ont besoin d’être guidés pour accéder à l’autonomie, aux savoirs et à l’envie d’apprendre. C’est pareil pour le reste. Un enfant qui veut apprendre à bien respirer, à se relaxer et à faire partir les émotions négatives qu’il ressent ne va pas pouvoir le faire tout seul au départ. Il va avoir besoin de quelqu’un, d’un adulte qui va lui montrer comment faire, qui sera là pour le guider ainsi que l’encourager et lui donner la motivation nécessaire. Parce que oui, un enfant a besoin d’être encouragé, qu’on lui dise qu’il va y arriver et a besoin d’être motivé. Quand on se lance dans un projet, que ce soit un projet artistique, un projet de maison, reprendre le sport, perdre du poids, etc. au départ on va être très motivé. Mais avec le temps, notre motivation va commencer à diminuer quand on va faire face aux premières difficultés. Et quand on est seul, c’est très difficile de rester concentré et motivé. C’est la même chose pour les enfants. Ils vont avoir besoin d’une personne de confiance, qui va les accompagner jour après jour et les motiver surtout s’ils font face à des difficultés. Et cette personne ce sera vous.

Mais ce qui est indispensable, c’est que pour accompagner les enfants il faut être calme, zen et savoir nous-mêmes faire face aux difficultés et aux émotions négatives. Parce que si vous êtes à la base quelqu’un de stressé, qui se parle mal, qui n’a pas confiance en lui et qui se laisse submerger par les émotions négatives, vous n’êtes pas la meilleure personne pour guider les enfants. Alors que si vous êtes quelqu’un qui arrive à faire face aux émotions négatives, qui se connaît extrêmement bien, qui sait comment faire pour réinstaller le calme au fond de lui et qui reste motivé, là par contre vous allez être une bonne personne pour les enfants. Vous allez pouvoir leur dire ce que vous avez traversé, qu’au début ça a été dur, mais que vous avez appris à vous connaître, que ce qui marche pour vous ne marchera peut-être pas pour eux, mais que vous allez les aider à trouver ce qui fonctionnera avec eux, qu’ils peuvent y arriver parce que vous allez rester avec eux jusqu’à ce qu’ils y arrivent.

3. Les activités.

Au cours de l’interview, Céline Alvarez dit qu’apprendre à lire, à écrire et à compter c’est très important, mais qu’il y a d’autres choses qui sont toutes aussi essentielles à enseigner aux enfants. Elle dit notamment qu’il faut laisser les fondamentaux de côté pour se concentrer sur d’autres activités. Elle dit par exemple que dans les classes les jeux de société et les puzzles sont omniprésents pour que les enfants puissent apprendre dans de meilleures conditions. Elle continue en disant que ces jeux sont très importants, surtout pour les enfants qui ont le nez collé aux écrans du matin au soir quand ils sont à la maison. Ce qui m’amène à dire que la technologie à certes changer la façon dont nous communiquons nous a facilité la vie, mais qu’il faut quand même être prudent.

Le fait d’enseigner aux enfants à prendre soin de leur mental, va nous amener à nous reconnecter à notre corps, aux sensations que l’on ressent et surtout à notre mental. Quand vous allez enseigner aux enfants à reconnaître les émotions négatives qu’ils peuvent ressentir, les signes d’un mal-être qui s’installe, mais également à calmer leur mental, à se sentir beaucoup plus calmes, et détendus, vous allez le faire sans utiliser de tablette. Vous pouvez mettre une musique douce pendant l’exercice de relaxation si vous le souhaitez, mais ici le but est que les enfants ferment les yeux et se relaxent, et tout ça dans le calme, sans écran.

Je vous invite également à faire d’autres activités de relaxation active comme aller courir, jouer au foot ou à un jeu de société, faire de la peinture ou la cuisine (oui, vous pouvez enseignez aux enfants à cuisiner et les laisser faire, sous la surveillance d’un adulte bien sûr). Car comme le dit Céline Alvarez, le plus important c’est l’autonomie. Les enfants sont capables de faire beaucoup plus de choses qu’on ne le pense. Ce n’est pas parce que ce sont des enfants qu’ils sont incapables de faire de la cuisine, de lire ou de méditer. Il faut simplement leur montrer comment faire, les soutenir et les motiver.

 

Pour résumer :

  • Même s’ils sont petits, les enfants doivent apprendre à être autonomes, que ce soit pour faire leurs lacets ou pour prendre soin de leur mental.
  • Soyez un guide pour les enfants, un modèle qui leur montre comment faire pour prendre soin de soi.
  • Faites des activités adaptées à chaque enfant. Il peut arriver que certains enfants n’aiment pas la relaxation. Dans ce cas, proposez-leur d’autres activités, le but étant qu’ils se vident la tête, qu’ils se relaxent, et ce même avec des activités de relaxation active comme celles mentionnées dans la partie 3.

4 Partages
Partagez4
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez