L’importance de parler aux enfants en procédant par étape

par | Août 15, 2019 | Parents, Premiers Secours Psychologiques, Professionnels de l'enfance | 0 commentaires

emplacement fenêtre

Bienvenue sur ComMemories ! Si vous êtes parents, lisez le guide " Les 5 erreurs à éviter pour parler de violence, de guerre et des attentats avec son enfant " : cliquez ici pour le recevoir gratuitement.

Si vous travaillez auprès d’enfants, réserver votre place pour le cours " Les 7 règles de base pour rassurer les enfants " : cliquez ici pour vous inscrire gratuitement. 

Merci de votre lecture et à très vite sur ComMemories.

Sur le blog, j’écris des articles dans lesquels je vous donne des conseils pour que vous puissiez parler aux enfants de violence, de guerre et des attentats. Dans plusieurs articles, je vous dis que c’est important d’être flexible avec les enfants, de vous adapter à leur âge, au vocabulaire qu’ils utilisent et aussi de les rassurer. Mais il y a une chose dont je n’avais encore jamais parlé, c’est de procéder par étapes. C’est vraiment quelque chose d’important et dans cet article je vais vous expliquer pourquoi.

 

1. Être organisé et structuré.

Je ne connais personne qui arrive à bien travailler, à cuisiner, ou à faire tout ce qu’elle avait prévu dans la journée sans être organisée. Être organisé et structuré dans ses actions, c’est quelque chose d’indispensable, tant dans notre vie professionnelle que dans notre vie personnelle. Je vais prendre un exemple simple pour mieux vous expliquer. Imaginons que vous souhaitiez faire un gâteau. C’est un gâteau que vous n’avez jamais cuisiné auparavant. Vous avez trouvé la recette sur Internet ou dans un livre de cuisine. Vous vous dites que ce gâteau à l’air délicieux et vous souhaitez vraiment le faire dans la journée. Vous allez dans votre cuisine et comme vous avez lu la recette deux fois, vous ne la prenez pas avec vous. Vous êtes sûr que vous allez vous souvenir de tous les ingrédients et de toutes les étapes. Vous commencez à préparer votre gâteau. On imagine que vous avez les ingrédients de base : farine, lait, œufs. Vous prenez ces trois ingrédients et vous les mélangez. Ensuite, vous vous rendez compte que vous en avez oublié. Le truc c’est que vous n’avez pas la recette avec vous et que vous devez rester dans la cuisine pour surveiller le four, que vous avez allumé pour le préchauffer. Et d’ailleurs, c’est à cet instant que vous vous rendez compte que vous avez mis la température du four à 210 degrés, mais en fait vous n’êtes plus sûre de vous. Du coup, vous essayez à tout prix de retrouver la recette sur votre téléphone, votre tablette, ou dans votre livre de cuisine. Malheureusement, vous ne la retrouvez pas. Le temps passe, votre four continue de chauffer et vous stresser de plus en plus, car vous vous rendez compte que vous avez utilisé les ingrédients pour rien et que vous auriez du mieux lire la recette et mieux vous préparer pour faire ce gâteau.

 

 

2. Suivre les étapes.

Que s’est-il passé dans cet exemple ? Il s’agit d’une personne qui a trouvé une recette, qui pensait l’avoir mémorisé, qui était confiante et sûre qu’elle allait pouvoir la refaire sans problème. Ce qui s’est passé, c’est que cette personne a sous-estimé tout ce qu’il fallait faire. Premièrement, elle n’avait pas la recette sous les yeux, car elle pensait l’avoir appris par cœur. Deuxièmement, elle a préchauffé son four à une température qui était incorrecte, elle l’avait mis à 210 degrés alors que la recette disait 180 degrés. Troisièmement, elle a pris trois ingrédients (les principaux), mais il en fallait d’autres, indispensable pour faire le gâteau. Si cette personne avait pris le temps de bien relire la recette, voire même de l’imprimer et de l’avoir sous les yeux, elle aurait pu voir la température de préchauffage du four, acheter au préalable tous les ingrédients et aurait pu suivre les étapes de la préparation. C’est indispensable de suivre les étapes d’une recette pour faire un gâteau. Quand vous parlez de sujets difficiles avec les enfants, c’est très important de procéder par étapes. Par exemple, si un enfant vous dit qu’il a peur, ne le rassurez surtout pas tout de suite. Si vous faites ça, vous le rassurez alors que vous ne savez pas ce qui lui fait peur. C’est comme si vous alliez chez votre médecin et qu’il vous donnait un traitement contre la gastro sans vous examiner, alors qu’en fait vous avez la grippe. L’enfant vient vous voir, vous dit qu’il a peur et vous allez lui dire spontanément « mais non, n’est pas peur, tout va bien ». C’est tout à votre honneur de vouloir rassurer cet enfant, mais il ne faut pas le faire tout de suite. Il faut d’abord parler avec lui et lui poser des questions pour savoir ce qui lui fait peur (de quoi as-tu peur ? Est-ce que ce sont les images que tu as vues à la télé ? Est-ce que c’est à cause de l’attentat ?). Une fois que vous saurez exactement de quoi cet enfant a peur, vous pourrez le rassurer.

Parler de sujets difficiles avec les enfants n’est pas quelque chose à prendre à la légère. Il y a des étapes à respecter qui sont très importantes, comme dans une recette de cuisine, et si vous loupez ces étapes ou si vous ne les suivez pas, votre conversation n’aura servi à rien et vous vous serez raté de A à Z. Ce n’est pas pour rien que dans une recette on vous dit que la première étape est de mélanger la farine avec la levure, deuxième étape ajouter les œufs, troisième étape ajouter le lait, cinquième étape mélanger, sixième étape mettez votre plat au four. On est d’accord que vous n’allez pas mélanger la farine avec les œufs, mettre votre plat au four et ajouter la levure et le lait après. Si vous faites ça, vous allez rater votre gâteau. Une recette a des étapes non pas pour nous embêter, mais pour nous aider. C’est pareil pour construire une maison, il y a des étapes à respecter. On n’installe pas la charpente avant de construire les murs. Pour parler de sujets sensibles avec les enfants, c’est pareil. Vous n’allez pas commencer par rassurer un enfant qui a peur, alors que vous ne savez pas ce qui lui fait peur. Pour ça, il faut d’abord savoir ce qui lui fait peur.

 

3. Rester simple.

Ce n’est pas parce que vous allez procéder par étapes pour parler de sujets sensibles avec les enfants que ça veut forcément dire que ce sera compliqué. Vous avez des recettes de gâteau qui sont extrêmement simples et qui vous donneront un gâteau délicieux. Les recettes plus compliquées doivent être laissées aux pros, aux chefs de cuisine. Vous allez pouvoir parler avec les enfants en procédant par étapes, avec une « recette simple ». Les « recettes plus compliquées », vous les laissez aux psychologues pour enfants et aux pédopsychiatres. Parler de violence, de guerre, de mort, de deuil ou des attentats avec les enfants c’est quelque chose qui peut être difficile pour certaines personnes. C’est justement à cause de cette difficulté et de la gravité des sujets que les étapes doivent être le plus simples possible. Parler avec les enfants c’est bien, mais procéder par étape c’est mieux.

Pour résumer :

  • Parler de sujets difficiles avec les enfants en procédant par étape, vous permet de rester organisé et structuré.
  • Éviter de faire quelque chose de compliqué, surtout si c’est la première fois que vous parlez avec les enfants. Restez simple, comme pour une recette.
  • Laissez les « recettes plus compliquées » aux professionnels de santé (médecins, psychologues pour enfants, pédopsychiatres)

Si vous êtes parents, lisez le guide « Violence – Guerre – Attentats : Comment en Parler à mon Enfant ? (6-8 ans) » dans lequel je vous explique comment parler de sujets sensibles avec vos enfants, quels mots utiliser pour qu’ils comprennent en douceur, comment vous mettre à leur niveau et utiliser la bonne posture pour leur parler et comment faire pour les rassurer : cliquez ici pour réserver votre exemplaire.

Le Podcast

L’importance de parler aux enfants en procédant par étape

by Elodie | The ComMemories Podcast

1 Partages
Partagez1
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez