Hors-Série n°1 : La légende du vampire de Highgate

par | Oct 25, 2018 | Hors-Série | 0 commentaires

emplacement fenêtre

Bienvenue sur ComMemories ! Si vous êtes parents, je vous invite à lire le guide " Les 5 erreurs à éviter pour parler de violence, de guerre ou des attentats avec son enfant " : cliquez ici pour le télécharger gratuitement. 

Si vous travaillez auprès d’enfants (j’ai aussi pensé à vous), rejoignez le mini-cours de 7 vidéos pour rassurer les enfants face à la violence : cliquez ici pour y accéder gratuitement.

Merci de votre lecture, et à très vite sur ComMemories.

Comme vous le savez, Halloween approche, et je me suis dit que j’allais écrire un article un peu spécial pour l’occasion. Je vous propose donc aujourd’hui un article sur le célèbre cimetière de Highgate à Londres, et plus particulièrement sur la légende du vampire de Highgate.

Alors déjà je vous le dis tout de suite, je n’ai jamais mis les pieds dans ce cimetière et je ne compte pas y mettre les pieds. Me balader dans les cimetières ce n’est pas vraiment mon truc. Mais étant donné que c’est un lieu qui est connu à Londres, j’ai quand même voulu vous en parler.

 

 

Le cimetière.

Le cimetière de Highgate fut fondé en 1836 dans le nord de Londres. C’est un immense cimetière qui compte environ 53 000 tombeaux et plus de 170 000 personnes enterrées. C’est également un cimetière où l’on trouve une architecture assez particulière avec de magnifiques monuments, des chapelles majestueuses et des sculptures religieuses. Lorsque le cimetière fut ouvert, il était magnifique. Mais avec le temps ça a changé. À la suite de la Première Guerre mondiale, moins de personnes pouvaient s’occuper du cimetière (la plupart des hommes étant partis faire la guerre en France, il y avait très peu de personnes pour l’entretien du cimetière et il commença à tomber en ruine). Le cimetière a été vandalisé plusieurs fois et avec le temps, il fut délaissé et la nature reprit tout naturellement ses droits.

 

L’histoire d’Elizabeth Siddal.

La première légende du cimetière est celle d’Elizabeth Siddal. Nous sommes en 1862. Elizabeth Siddal était l’épouse du peintre et poète Dante Gabriel Rossetti. Elle s’est suicidée en 1862. Pendant son enterrement, son mari a décidé de mettre l’unique exemplaire de son recueil de poèmes dans le cercueil de sa femme, juste avant qu’il soit scellé. Quelques années plus tard, Rossetti regretta son geste et voulait récupérer son recueil de poèmes. En octobre 1869, il obtint l’autorisation pour que le cercueil de sa femme soit exhumé. Lorsque Rossetti, ainsi que les personnes qui l’accompagnaient ouvrirent le cercueil, ils constatèrent avec surprise que le corps d’Elizabeth était intact. Elle était toujours aussi belle et il semblait même que ses cheveux avaient continué de pousser. Cette histoire est la première qui concerne le cimetière de Highgate et elle serait apparemment aussi l’histoire qui aurait inspiré Brahms Stoker pour son célèbre roman Dracula.

 

 

Le vampire de Highgate.

Petit bond dans le temps. Nous sommes maintenant en 1967, au nord du cimetière de Highgate, le soir. Alors que deux jeunes femmes rentrent chez elles, elles décident de prendre un raccourci, la rue de Swain Lane, juste à côté du cimetière. Elles auraient alors aperçu des ombres, comme des fantômes dans le cimetière. Quelques semaines plus tard, au même endroit, c’est un couple qui cette fois-ci raconte avoir été témoin d’une apparition. David Farran, qui à l’époque était très intéressé par le spiritisme et qui avait fondé la British Occult Society, avait pris connaissance des témoignages, et voulu s’y intéresser de plus près. David Farran décida de passer la nuit du 24 décembre 1969 dans le cimetière des Highgate, à l’endroit où les témoins auraient vu le fantôme. À la suite de cette nuit, Farran raconte qu’il a vu une apparition. Il crut au départ qu’il s’agissait d’une blague, mais il raconte qu’en quelques secondes, l’environnement autour de lui avait changé, tout était devenu très froid, glacé. À la suite de cette expérience, Farra a écrit une lettre au journal local, dans laquelle il raconte ce qu’il a vu et demande si d’autres personnes ont été témoins de choses étranges dans le cimetière. Il reçut de très nombreux témoignages. Une autre lettre fut publiée, cette fois-ci par le révérend Manchester, qui prétend que l’apparition n’est pas un fantôme, mais un vampire.

 

De plus en plus étrange.

Les deux jeunes filles qui avaient pris un raccourci pour rentrer chez elles disaient qu’elles faisaient beaucoup de cauchemars depuis qu’ils avaient vu cette apparition, qu’elles étaient somnambules et qu’elles se sentaient attirées par un caveau particulier du cimetière. Le révérend Manchester décida alors de pratiquer un exorcisme sur l’une des jeunes filles et il annonça également qu’il voulait organiser une chasse aux vampires le 13 mars 1970 avec Farran. Mais une rivalité commençait à apparaître entre ces deux hommes qui prétendaient chacun pouvoir stopper ces apparitions. Le soir du 13 mars 1970, de nombreuses personnes se sont improvisées chasseurs de vampires, malgré plusieurs interdictions des autorités. Le lendemain matin, la police arriva et découvrit que le cimetière avait été saccagé.

Quelques mois plus tard, le révérend Manchester retourne au cimetière, accompagné d’autres personnes. Il se rendit au caveau que l’une des jeunes femmes lui avait montré et lorsqu’il entra il découvrit un cercueil qui contenait un corps, mais lorsque le révérend voulut enfoncer un pieu dans le cœur, les autres personnes l’en empêchèrent (c’est interdit par la loi). Le révérend mit de l’ail et de l’encens dans la tombe puis quitta le cimetière, pensant que l’affaire était terminée.

En 1971, d’autres personnes témoignent en disant qu’elles auraient été attaquées par cette grande silhouette noire avec un visage blanc. L’affaire est donc relancée. Le révérend Manchester décide de fouiller une maison de style gothique, qui se trouvait à proximité du cimetière. Il y aurait découvert un cercueil et le vampire. Le révérend aurait mis un pieu dans le cœur du vampire, qui se serait immédiatement décomposé en poussière.

 

 

Aujourd’hui la partie nord du cimetière de Highgate est fermé, mais il est possible de la visiter avec un guide. Le reste du cimetière est quant à lui ouvert la journée au public. Malgré tous les témoignages que la police et les médias ont pu recueillir, l’histoire du cimetière de Highgate est difficile de croire à 100 %. Il est difficile de savoir exactement ce qui s’est vraiment passé. Est-ce que tous ces témoignages sont réels ? Est-ce que ce sont des témoignages montés de toute pièce pour alimenter une certaine hystérie collective ? Personne ne le sait. Ce qui est sûr, c’est que ces histoires ont bâti la réputation du cimetière de Highgate dans tout le Royaume-Uni, mais aussi dans le monde entier.

3 Partages
Partagez3
Tweetez
Partagez
Enregistrer
+1