Le jour où un Anglais a failli faire exploser le parlement britannique

par | Oct 18, 2018 | Hors-Série | 0 commentaires

emplacement fenêtre

Bienvenue sur ComMemories ! Si vous êtes parents, je vous invite à lire le guide " Les 5 erreurs à éviter pour parler de violence, de guerre ou des attentats avec son enfant " : cliquez ici pour le télécharger gratuitement. 

Si vous travaillez auprès d’enfants (j’ai aussi pensé à vous), rejoignez le mini-cours de 7 vidéos pour rassurer les enfants face à la violence : cliquez ici pour y accéder gratuitement.

Merci de votre lecture, et à très vite sur ComMemories.

Je suis sûre que vous avez déjà vu ce masque. Il vous dit quelque chose ? Normal, c’est le symbole des Anonymous. Mais aujourd’hui on ne va pas parler d’eux, mais d’un homme qui a failli faire exploser le parlement britannique. Oui, vous avez bien entendu. On parle du parlement, de l’endroit où se trouvent la chambre des lords, la Chambre des communes et Big Ben (même si ce dernier est entré en service en 1859, bien après le reste du bâtiment). Voici l’histoire d’un homme qui a profondément marqué le Royaume-Uni.

 

 

Pourquoi faire sauter le parlement ?

Mais avant de vous raconter cette fameuse soirée, il faut plonger dans l’histoire. Nous sommes en 1605. Sur le trône d’Angleterre se trouve James I. Il a succédé à Elizabeth I, surnommé la reine vierge. Cette dernière, n’ayant pas eu d’enfant, a décidé de nommer James héritier de la couronne britannique. Elizabeth était protestante, tout comme son père, qui l’avait décidé lorsqu’il a rompu tous les liens avec Rome. Il faut savoir qu’à cette époque il n’est pas facile d’être anglais et catholique. En effet, depuis la décision d’Henry VIII de rompre avec Rome, les catholiques sont persécutés. Lorsque James devient roi, l’espoir des catholiques renaît, car James n’est autre que le fils de Marie Stuart, reine de France et d’Écosse, et également catholique. Malheureusement, James n’est pas clément avec les catholiques. Plusieurs complots contre lui ont déjà été déjoués et ce ne seront pas les derniers. Un autre complot est en train de se former avec pour ambition de faire sauter le parlement.

 

Le complot.

L’attentat doit se dérouler le 5 novembre 1605 au Parlement. Mais pourquoi le parlement ? Pourquoi ce lieu bien spécifique ? Et surtout pourquoi le 5 novembre ? Tout simplement parce que c’est ce jour-là que le pouvoir sera rassemblé au même endroit. Les lords, les aristocrates et même la famille royale, seront au parlement le 5 novembre. Une chance unique pour les comploteurs qui voit en cet acte le moyen de se débarrasser d’un pouvoir persécutant les catholiques, mais aussi de se débarrasser de l’aristocratie et surtout de la famille royale. Ce projet d’attentat va se préparer pendant des semaines. Guy Fawkes, l’acteur principal du complot, ainsi que ses complices vont louer une cave se trouvant juste en dessous du parlement. C’est dans cette cave que tout va se jouer. Le complot est simple : déposer des barils de poudre et les faire exploser le 5 novembre. La mise en place se déroule sur plusieurs semaines et c’est un total de 36 barils de poudre qui sera déposé dans cette cave. L’objectif est toujours le même : se débarrasser du pouvoir et des protestants. Oui, mais…

Il se trouve que les complotistes vont s’apercevoir que lors de la réunion du pouvoir au Parlement, des catholiques seront présents. Certains y voient un problème de conscience. Pour eux cet acte est la libération des catholiques et la fin des persécutions dont ils sont victimes. Ils ne peuvent donc penser à tuer ceux partageant leur foi. Il faut malheureusement faire un choix. Le complot est mis en place, les barils sont prêts et le temps est compté.

 

Que s’est-il passé le 5 novembre 1605 ?

C’est le jour J pour Guy Fawkes et ses complices. Tout est prêt pour faire sauter le parlement et le pouvoir. Guy Fawkes descend dans la cave et tente de mettre le feu aux barils de poudre. Mais là, surprise ! Des gardes le surprennent et l’arrêtent sur-le-champ, juste avant qu’il ne mette le feu aux poudres. Mais que s’est-il passé pour que les gardes arrivent juste avant qu’il ne soit trop tard ? L’un des catholiques participant au complot a décidé d’envoyer une lettre le 26 octobre au Baron Monteagle, un catholique, pour le prévenir de ne pas se rendre à Londres le 5 novembre en vue d’un événement qui portera un coup terrible au pouvoir. Après avoir lu la lettre, le Baron Monteagle décide alors d’avertir d’autres membres du Parlement. Quelques jours plus tard, c’est le roi lui-même qui sera averti du complot qui se prépare. Le 5 novembre, une fouille du Parlement a lieu et les gardes tombent né à né avec Guy Fawkes tentant d’allumer les barils de poudre. Il est alors arrêté et emprisonné à la Tour de Londres. Ses complices prennent la fuite, mais seront rattrapés, jugés et condamnés à mort pour trahison.

 

Le Guy Fawkes Day.

À la suite de l’échec du complot de Guy Fawkes et de ses complices, le roi James I décida de commémorer l’événement chaque année le 5 novembre. À l’époque, cette commémoration était surtout religieuse avec de nombreux services dans les églises d’Angleterre. Avec le temps, les services religieux ont laissé place à des nuits festives avec des feux d’artifice et des feux de camp, où l’on peut voir des marionnettes à l’effigie de Guy Fawkes, en feu. Tout cela se produit lors de la Guy Fawkes Night, aussi connu sous le nom de Bonfire Night (nuit du feu de joie). La tradition est de tirer des feux d’artifice lors de la nuit du 5 au 6 novembre.

Lorsque je vivais en Écosse (à St Andrews), le soir du 5 novembre je suis allé sur la plage, car il y avait un feu de camp d’organisé. J’ai mangé des marshmallows et j’ai pu admirer les feux d’artifice. C’était une super ambiance.

Voici une vidéo des feux d’artifice sur la plage. La qualité n’est pas top, mais je partage quand même.

 

De Guy Fawkes à V pour Vendetta.

Guy Fawkes n’est pas seulement devenu une fête célébrée tous les ans au Royaume-Uni. C’est aussi devenu le symbole de la bande dessinée « V for Vendetta ». Le masque de « V » n’est autre que le visage de Guy Fawkes. Cette bande dessinée raconte l’histoire de « V », un anglais anarchiste des années 1980, qui tente de lutter contre le parti fasciste qui occupe désormais le pouvoir. Afin de mener à bien son combat, « V » porte un masque, celui de Guy Fawkes.

Mais il faudra attendre 2006 et le film « V for Vendetta » pour le masque deviennent encore plus célèbre. Il est d’ailleurs utilisé par les Anonymous. Ce masque est également utilisé dans beaucoup de mouvements de protestations à travers le monde. Cependant, son message a changé. Il s’agissait au départ de la lutte entre catholiques et protestants. Il est aujourd’hui un symbole de « la lutte contre la corruption politique, la surveillance de masse et l’austérité. » ( L’Obs, 4 novembre 2015, https://www.nouvelobs.com/culture/20151103.OBS8743/qui-est-guy-fawkes-ce-catholique-du-17e-siecle-devenu-symbole-des-anonymous.html)

 

Malgré l’échec de ce complot, Guy Fawkes est devenu célèbre dans le tout le Royaume-Uni, mais également dans le monde entier. Son visage a inspiré de nombreux films. Le 5 novembre est une journée, ou plutôt une soirée, que les Anglais ne manqueraient pour rien au monde, avec en tête le célèbre poème : « Remember, remember! The fifth of November, Gunpowder treason and plot » (souvenez-vous, souvenez-vous du cinq novembre. Poudre à canon, trahison et conspiration.

1 Partages
Partagez1
Tweetez
Partagez
Enregistrer
+1