Je ne me sens pas prêt à parler de sujets difficiles avec les enfants. Que puis-je faire ?

par | Mar 28, 2019 | Parents, Professionnels de la petite enfance | 0 commentaires

emplacement fenêtre

Bienvenue sur ComMemories ! Si vous êtes parents, je vous invite à lire le guide " Les 5 erreurs à éviter pour parler de violence, de guerre ou des attentats avec son enfant " : cliquez ici pour le télécharger gratuitement. 

Si vous travaillez auprès d’enfants (j’ai aussi pensé à vous), rejoignez le mini-cours de 7 vidéos pour rassurer les enfants face à la violence : cliquez ici pour y accéder gratuitement.

Merci de votre lecture, et à très vite sur ComMemories.

Il est tout à fait normal de se sentir perdu, dépassé voire carrément stressé, lorsque les enfants nous pose des questions comme : c’est quoi la guerre ? Pourquoi il y a la guerre ? C’est quoi la mort ? En tout premier lieu, posez-vous la question suivante : est-ce que je me sens prêt à parler avec mes élèves ? Avec mon enfant (si vous êtes parent) ? Avec les enfants ? (si vous êtes ATSEM, animateur, éducateur, etc.). Si la réponse est oui, vous allez pouvoir commencer à préparer la conversation. Par contre, si vous sentez que vous n’êtes pas encore prêt, vous allez pouvoir procéder par étapes.

 

Étape n°1 : Faites des recherches.

La toute première chose à faire, ce sont des recherches. Si votre enfant, ou si un enfant dont vous avez la responsabilité vient vous voir et commence à vous poser des questions sur un sujet sensible et que vous ne savez pas quoi répondre, surtout éviter de lui dire que ses questions sont nuls, qu’il ne faut pas qu’il se pose ce genre de questions ou qu’il ne faut plus qu’il vous en parle. Ce genre de phrase peut faire du mal. Même si vous avez peur et même si vous faites ça pour vous protéger, pour éviter de répondre, au final vous risquez de faire plus de mal que de bien. La première chose à faire est donc d’écouter les questions. Même si vous n’êtes pas prêt à parler, laisser l’enfant vous poser les questions qu’il souhaite. Vous pouvez lui dire que vous n’allez pas parler avec lui aujourd’hui parce que vous avez besoin d’un petit peu de temps pour réfléchir, car vous êtes trop occupé pour le moment ou que vous avez besoin de rechercher plus d’information. Demandez-lui s’il a d’autres questions et demandez-lui des précisions si vous n’avez pas tout compris. Le fait de demander le plus d’informations possible à l’enfant, le fait de savoir exactement les questions qu’il se pose et ce qu’il attend de vous, va vous permettre ensuite de faire vos recherches de votre côté pour trouver des informations précises et pertinentes et de prendre le temps nécessaire pour vous préparer un minimum.

Ensuite, vous allez faire des recherches. Dans un premier temps, vous allez pouvoir lire des livres sur le thème de comment parler de guerre, de violence, de terrorisme, de mort, de deuil avec les enfants, par exemple. Vous allez pouvoir regarder des interviews de professionnels de la petite enfance, de psychologues, de psychiatre, de pédopsychiatres, de professeurs des écoles, etc. Vous pouvez également lire des articles, regarder des émissions consacrées à la petite enfance. Pensez aussi à prendre des notes.

 

 

Étape n°2 : Demander des conseils aux autres parents ou à vos collègues.

Vous pouvez également demander des conseils à d’autres parents, si vous êtes parents, et qui se sont retrouvés confrontés aux mêmes questions, ou à des questions similaires. Vous pouvez également demander des conseils à votre famille. Si vous vous trouvez dans un milieu professionnel, parlez avec vos collègues et demandez-leur des conseils. Vous pouvez leur demander d’être à vos côtés lorsque vous parlerez avec l’enfant ou les enfants. Si vous ne vous sentez pas capable de parler, laisser un de vos collègues le faire et assister à la conversation en tant qu’observateur. Ainsi, vous pourrez voir en direct comment se passe la discussion avec les enfants, ce qu’ils disent, leurs réactions et aussi la façon dont votre collègue procède pour mener la discussion. En étant un observateur, vous pouvez assister à la conversation tout en étant détendu, car ce n’est pas vous qui avez la responsabilité de parler d’un sujet difficile, ce qui vous enlève un poids, une pression de vos épaules. Vous observez et apprenez sans le stress de devoir mener la conversation. Vous n’êtes pas celui qui mène la conversation, vous en faites partie en tant qu’observateur. Bien sûr, si vous souhaitez intervenir pendant la discussion, faites-le.

 

Étapes n°3 : Préparer la conversation.

Ensuite, préparer la conversation, un minimum. Une fois que vous aurez fait vos recherches, que vous aurez parlé avec d’autres parents ou à un ou plusieurs de vos collègues, que vous aurez assisté à une conversation sur un sujet sensible, vous aurez appris de nouvelles choses que vous allez pouvoir appliquer. Pour cela, il faut tout de même se préparer un minimum. Je vous conseille donc de prendre un cahier, un carnet ou tout simplement une feuille, et de noter toutes les questions que l’enfant vous a posées, et ensuite de noter en dessous les réponses que vous allez lui apporter en vous basant sur les informations que vous aurez trouvées lors de vos recherches. Le but ce n’est pas de réciter ce que vous avez écrit aux enfants, mais d’avoir une trace écrite, un plan, qui va vous guider le long de votre conversation avec cet enfant. Vous n’êtes pas obligé d’écrire des phrases, vous pouvez tout à fait écrire des mots ou écrire sous forme de points, ce sera à vous de voir. Le but étant d’avoir votre feuille, votre plan à proximité, si vous sentez le besoin de la lire pendant que vous parlez avec l’enfant.

Note importante : dites-vous que vous n’allez pas pouvoir prévoir tout ce que vous allez dire, puisque l’enfant pourra poser d’autres questions, auxquelles vous n’aurez peut-être pas pensé. Vous ne pouvez pas prévoir toutes les questions que l’enfant pourra vous poser. Cependant, vous pouvez noter plus d’information que nécessaire sur votre feuille, ainsi vous ne serez pas pris au dépourvu si l’enfant pose une question de dernière minute.

 

Pour résumer :

  • Vous devez savoir exactement les questions qu’un enfant se pose et les réponses qu’il souhaite obtenir.
  • Faites des recherches. Lisez des livres et des articles sur le sujet, regardez des interviews, demandez conseil à votre conjoint, votre famille ou vos collègues.
  • Une fois que vous aurez récolté des informations pertinentes, préparer la conversation, en faisant un plan comprenant les questions de l’enfant, et les informations que vous aurez trouvées, adapté à son âge et à son niveau de compréhension. Vous aurez ainsi un plan avec vous, qui vous aidera si vous vous sentez perdu pendant la discussion.

Pour allez plus loin :

Le Podcast

Je ne me sens pas prêt à parler de sujets difficiles avec les enfants. Que puis-je faire ?

par Elodie | The ComMemories Podcast

71 Partages
Partagez71
Tweetez
Partagez
Enregistrer
+1