Comment prendre soin de sa santé mentale pendant le confinement ?

Comment prendre soin de sa santé mentale pendant le confinement ?

par | Oct 30, 2020 | COVID-19, Premiers secours psychologiques pour les adultes | 0 commentaires

emplacement fenêtre

Bienvenue sur ComMemories ! Si vous êtes nouveau ici et que vous êtes parents, vous voudrez sans doute recevoir votre ebook " 3 Conseils indispensables à tous les parents pour aider vos enfants à mieux gérer leurs émotions " : cliquez ici pour le recevoir gratuitement. 

Merci de votre lecture et à très vite sur ComMemories !

Pas facile de rester chez soi en cette période, de travailler, d’écrire une thèse ou de suivre ses cours à distance. L’être humain n’est pas fait pour vivre seul, isolé du reste du monde. Même si nous avons la chance d’être connectés aux uns et aux autres par le biais de smartphones, d’ordinateurs et de tablettes, il n’en reste pas moins que ce confinement nous isole des personnes que nous aimons, de notre vie sociale et de la vie en général. Ce qui peut au bout d’un moment, peser lourd sur notre santé mentale. Le COVID-19 n’a pas encore fini de faire parler de lui. Aujourd’hui, je vous donne 4 conseils pour que vous puissiez prendre soin de votre santé mentale et éviter que des troubles ne s’installent.

1. Accueillez les émotions.

L’être humain n’est pas maso. Nous ne sommes pas programmés pour nous faire du mal. Ce que nous aimons c’est aller boire un verre avec nos amis, manger en famille, aller au cinéma, etc. Mais en cette période de confinement, isolation et solitude peuvent peser sur notre moral et notre santé mentale. L’ambiance anxiogène qui règne désormais sur le pays peut encore plus fragiliser notre état psychologique et émotionnel. Si jamais vous ressentez du stress, de l’anxiété, si vous remarquez que vous avez beaucoup plus de pensées négatives, que vous êtes déprimé, que vous avez des peurs ou des angoisses qui arrivent, ne les refoulez pas et ne les ignorez pas. Ce n’est pas en ignorant la douleur que l’on peut « guérir ».

Quand on a mal quelque part, quand on a de la fièvre, on prend rendez-vous chez le médecin pour voir ce qui ne va pas et pour qu’il nous donne un traitement. Quand on se sent mal physiquement, on prend la douleur et la fièvre en compte et on va voir un professionnel de santé qui va nous prescrire un traitement pour qu’on puisse se sentir mieux. Avec le mental on devrait prendre l’habitude de faire la même chose. Si vous sentez que vous êtes plus souvent triste, que vous êtes inquiet, angoissée, il faut prendre toutes ses émotions négatives en compte et ne surtout pas les ignorer. Laisser ses émotions circuler, écouter ce qu’elles ont à vous dire.

2. Parlez ou écrivez ce que vous ressentez.

Une autre chose très importante : rester en contact avec ses proches. Si vous vous sentez mal, si vous avez besoin de parler à quelqu’un, que ce soit vos amis, vos parents, vos frères ou vos sœurs, faites-le (que ce soit par sms, en appel ou en visio). Le fait de parler va permettre d’ouvrir la soupape pour que vous puissiez commencer à évacuer ce que vous ressentez de négatif. Certaines personnes peuvent se sentir mieux dans l’immédiat (et ça peut durer sur le long terme), alors que pour d’autres le fait de parler va les soulager un petit peu, mais dans quelques heures ou quelques jours elles auront encore une baisse de moral et pourront se sentir à nouveau mal. Ce qu’il faut retenir ici, c’est qu’en parlant de ce que vous ressentez vous nommez vos émotions et ouvrez la porte pour ensuite les laisser partir. On ne se rend pas toujours compte du pouvoir de la parole, de parler de ce que l’on ressent. Parfois, il suffit de parler pendant 5 minutes pour se sentir un peu mieux.
Pour ceux qui n’aiment pas parler de ce qu’ils ressentent, je vous invite à écrire. Écrivez tout ce que vous ressentez, c’est une autre façon de poser des mots sur les émotions négatives qui vous pèsent en ce moment.

3. Autorisez-vous à vous sentir mal.

Si vous avez envie de pleurer, si vous avez une baisse de moral et que vous vous forcez quand même à garder le moral, arrêter et lâcher prise. C’est très important de s’autoriser à se sentir mal. Il y a certaines personnes, et j’en fais partie, qui ont tendance à penser : « Je n’ai pas le droit de me sentir mal. Il y a des gens qui vivent des choses beaucoup plus difficiles que moi, qui traverse des choses beaucoup plus compliquées, donc je ne dois pas me sentir mal ». Oui, il y a des personnes dans le monde qui vivent des choses pires que vous en ce moment. Mais ça ne change pas le fait que vous vous sentiez mal et que vous avez le droit de vous sentir mal parce que la situation actuelle est difficile, compliquée et anxiogène. Éviter absolument de comparer votre vie à celle d’autres personnes que vous connaissez ou que vous ne connaissez pas et qui vivent potentiellement des choses beaucoup plus graves que vous. Si vous avez envie de pleurer, si vous avez une baisse de moral et que vous en avez marre de vous forcer à sourire, arrêter tout ce que vous faites et évacuer ce que vous ressentez de négatif, voire de toxique.

Le fait de laisser circuler les émotions négatives en nous va permettre qu’elle puisse partir beaucoup plus rapidement par la suite. Si vous êtes dans la résistance, en vous disant : « Non, je n’ai pas le droit de me sentir mal, je refuse de ressentir tout ce stress, cette anxiété ou ces angoisses », tout ce que vous faites c’est de vous battre contre vous-même, contre des émotions qui ne cherchent qu’à circuler pour ensuite partir. Vous êtes dans la résistance, vous n’êtes pas dans l’acceptation, et en étant dans cet état vous ne permettez pas aux émotions négatives de partir. Au contraire, vous les bloquez en vous et prenez le risque qu’il y en ait d’autres qui s’accumulent et que ça provoque sur le long terme des troubles plus ou moins graves comme de l’anxiété, du stress ou une dépression.

4. Faites-vous aider par un professionnel de santé.

Si vous avez besoin d’être aidé, d’être accompagné par un professionnel de santé comme un psychologue, un psychiatre ou un psychothérapeute, contactez-les et voyez s’il est possible d’avoir un rendez-vous téléphonique ou un en visio. Renseignez-vous sur les praticiens qui peuvent vous accompagner à distance. Il n’y a rien de mal à se faire accompagner pendant cette période compliquée. Souvenez-vous, l’être humain n’est pas fait pour vivre seul et le fait de vous faire accompagner même si c’est par distance, c’est quelque chose qui peut beaucoup vous aider à mieux vivre ce deuxième confinement.

Pour résumer :

Pour prendre soin de votre santé mentale pendant le confinement :

– 1. Accueillez les émotions.

– 2. Parlez ou écrivez ce que vous ressentez.

– 3. Autorisez-vous à vous sentir mal.

– 4. Faites-vous aider par un professionnel de santé.

Vous voulez aider votre enfant à mieux gérer ses émotions ?

Recevez le kit « J’apprends à gérer mes émotions », un kit simple, pratique et concret pour que vous puissiez aider votre enfant à mieux gérer ses émotions.

Cliquez ici pour en savoir plus

4 Partages
Partagez4
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez