4 étapes pour prodiguer les premiers secours psychologiques

4 étapes pour prodiguer les premiers secours psychologiques

par | Fév 11, 2021 | COVID-19, Premiers secours psychologiques pour les adultes | 0 commentaires

emplacement fenêtre

Bienvenue sur ComMemories ! Si vous êtes nouveau ici vous voudrez sans doute recevoir votre accès à la Masterclass Coaching " 5 Etapes Décisives pour Guérir ses Blessures Emotionnelles, se Libérer de son Passé et Transformer sa Souffrance en Force pour Construire la Vie que l’on Désire " : cliquez ici pour le recevoir gratuitement. 

Merci de votre lecture et à très vite sur ComMemories !

Quand on veut aider l’un de nos proches en souffrance psychologique, l’envie d’aider ne suffit pas à faire les choses correctement. Venir en aide à une personne blessée dans la rue, demande de connaître les gestes de premiers secours. Pour le mental, c’est la même chose. Aujourd’hui, je vous donne 4 étapes pour que vous puissiez prodiguer les premiers secours psychologiques.

1. Créer un environnement sécurisant.

La toute première chose à faire avant de prodiguer les premiers secours psychologiques est de créer une atmosphère sécurisante, calme et apaisante. C’est très important que vous, et surtout la personne à qui vous allez prodiguer les premiers secours psychologiques se sentent en sécurité dans cet endroit, se sente bien et puisse parler de son mal-être. Vous pouvez par exemple vous trouver dans le salon assis sur le canapé ou aller marcher tous les deux dehors dans la nature. Le plus important c’est que vous soyez dans un endroit calme, apaisant et si possible que votre proche connaisse.

2. Être dans l’écoute active.

Une fois que vous êtes prêts à commencer la discussion et que la personne est prête à vous parler, il va être très important pour vous de l’écouter de façon active. Le but n’est pas de l’écouter en hochant la tête de temps en temps, mais de l’écouter attentivement et de lui poser des questions si nécessaire afin de bien comprendre ce qu’elle ressent et la source de ce mal-être. Le fait d’être dans une écoute active va vous permettre de comprendre pourquoi votre proche se sent mal.

3. Poser des questions.

Écouter c’est bien, mais à un moment donné il va falloir aussi poser des questions pour avoir une idée plus précise de la source du mal-être que votre proche ressent. Quand est-ce que ça a commencé ? Est-ce que votre proche se sent mal tous les jours ? Est-ce que votre proche a déjà essayé de trouver des solutions pour se sentir mieux ? A-t-il déjà essayé de mettre des actions en place ? Si oui qu’est-ce que ça a donné ? Etc. En posant ce genre de question, vous aurez une idée plus claire de ce qui ne va pas et vous allez aussi pouvoir guider votre proche pour qu’il puisse trouver des solutions en posant des questions comme :

  • Qu’est-ce que tu pourrais faire pour te sentir mieux ?
  • Qu’est-ce que tu pourrais faire pour éviter que ce que tu ressens, que ce soit de la tristesse, de la colère, de l’angoisse ou du stress, ne s’installe en toi ?

Vous pouvez poser d’autres questions si nécessaire. Le but avec ces questions est de guider votre proche afin qu’il trouve lui-même des solutions à son mal-être.

4. Soyez positif.

En ce moment, votre proche se sent mal. Ce qui veut dire que c’est très compliqué pour lui de voir le positif qu’il y a dans sa vie. Il est donc très important pour vous de faire en sorte qu’il le voit. L’objectif n’est pas de faire comme si le négatif n’existait pas, mais de le prendre en compte et surtout de le nommer. Ce n’est pas parce qu’il y a du négatif que le positif n’existe plus. Au contraire, c’est qu’il y a tellement de choses négatives qui arrivent en ce moment à votre proche qu’il ne voit que ça. C’est un peu comme quand il pleut. On ne voit que les nuages et la pluie tomber, on ne voit pas le soleil et le ciel bleu. Pourtant, ils sont toujours là. Ils sont juste cachés par les nuages et la pluie et ils réapparaitront une fois que les nuages seront partis. Avec ce que votre proche vit en ce moment, c’est un peu près la même chose. Le positif est toujours présent dans sa vie. Mais il est tellement accablé par ce qu’il est en train de vivre, qu’il a du mal à voir ce qu’il y a de positif. Et ça va être votre rôle de rester positif malgré ce que votre proche traverse, et surtout de le guider à voir la positivité qui se trouve dans sa vie et qui vont lui permettre de trouver des solutions à son mal-être et de passer à l’action pour ramener un sentiment de bien-être et d’apaisement en lui.

Pour résumer :

Pour prodiguer les premiers secours psychologiques, vous devez :

  • n°1 : Créer un environnement sécurisant.
  • n°2 : Être dans l’écoute active.
  • n°3 : Poser des questions.
  • n°4 : Être positif.

Vous voulez aider votre enfant à mieux gérer ses émotions ?

Recevez le kit « J’apprends à gérer mes émotions », un kit simple, pratique et concret pour que vous puissiez aider votre enfant à mieux gérer ses émotions.
Cliquez ici pour en savoir plus

4 Partages
Partagez4
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez