5 erreurs à éviter pour parler de la mort avec ses enfants

par | Juin 11, 2020 | Premiers secours psychologiques pour les enfants | 0 commentaires

emplacement fenêtre

Bienvenue sur ComMemories ! Si vous êtes nouveau ici et que vous êtes parents, vous voudrez sans doute recevoir votre ebook " 3 Conseils indispensables à tous les parents pour aider vos enfants à mieux gérer leurs émotions " : cliquez ici pour le recevoir gratuitement. 

Merci de votre lecture et à très vite sur ComMemories !

Un jour ou l’autre, les enfants seront confrontés à la notion de mort. Il peut s’agir de leur poisson rouge qui meurt, d’un autre animal de compagnie ou d’un membre de leur famille qui disparaît à la suite d’une longue maladie, ou d’une mort inattendue comme une crise cardiaque ou un accident de voiture. Lorsque la mort frappe votre famille, c’est très important d’en parler aux enfants. Cependant, il ne faut pas faire n’importe quoi. Aujourd’hui, je vous parle des 5 erreurs à éviter pour parler de la mort avec vos enfants.

Erreur n°1: Cacher votre deuil à votre enfant.

Premièrement, ça va être très difficile de le faire, parce que vous êtes généralement envahi par le deuil et la peine, et deuxièmement ça va être une grosse pression sur vos épaules, car il faudra que vous soyez en permanence dans le contrôle de vous-même et de vos émotions. Imaginez le type de journée que vous allez passer quand votre enfant sera à la maison, il faudra tout le temps vous cacher si vous avez envie de pleurer, retenir vos larmes devant lui, faire comme si de rien n’était, etc. C’est quelque chose qui est très compliqué à faire et que je vous déconseille fortement. Au lieu de cacher votre deuil à votre enfant, allez le voir, asseyez-vous et parlez ensemble de ce que vous ressentez. Dites-lui la vérité et partagez ce que vous ressentez, partagez votre peine, pleurez devant votre enfant. Ce n’est pas parce que vous allez pleurer devant votre enfant que c’est un signe de faiblesse, bien au contraire. C’est un signe que vous êtes ouverts sur vos émotions et que même les adultes ont le droit de pleurer et d’être tristes.

Erreur n°2 : Dire à votre enfant comment il doit se comporter.

C’est très important de vous préparer à diverses émotions de la part de votre enfant. Votre enfant peut beaucoup pleurer, être en colère, ou ne montrer aucune émotion. Il est aussi possible que votre enfant continue sa vie, continue de jouer et d’être comme il est d’habitude. C’est le cas, rester calme. Crier sur votre enfant et lui dire que rire en ce moment c’est interdit ne fera qu’empirer la situation. Au lieu de dire à votre enfant comment il doit se comporter, soyez ouvert, soyez dans la bienveillance et dans le non-jugement. Si votre enfant pleure à certains moments de la journée, laissez-le. Si à d’autres moments de la journée il est calme et qu’il joue tout seul, encore une fois laissez-le. Soyez toujours disponible pour lui s’il a besoin d’un câlin, de parler ou d’une présence à ses côtés.

Erreur n°3 : Mentir à son enfant.

Dire à son enfant que son animal de compagnie ou son grand-père ou un autre membre de la famille s’est endormi et qu’il ne se réveillera jamais, premièrement c’est faux, et deuxièmement c’est mentir à son enfant. Alors bien sûr ce mensonge est basé sur l’amour que vous portez à votre enfant. Ici on parle de mort, un sujet très difficile à expliquer aux enfants et c’est normal en tant que parent de protéger son enfant et d’éviter qu’il souffre. Mais si jamais vous lui dites ce genre de choses, vous donnez l’espoir à votre enfant que cette personne ou cet animal de compagnie puisse se réveiller plus tard. Votre enfant peut se dire : « Ok, mon chat, mon chien, mon grand-père dort. Mais il y a des gens qui dorment très longtemps et au bout d’un moment ils se réveillent ». Pour votre enfant, il y a donc l’espoir pour que cette personne ou cet animal se réveille un jour. C’est pour cette raison qu’il est indispensable de dire la vérité aux enfants, d’expliquer ce qu’est la mort et les conséquences que ça implique.

Erreur n°4 : Chercher à avoir toutes les réponses aux questions de votre enfant.

C’est ok si vous ne connaissez pas la réponse à une question que votre enfant vous pose, c’est ok de dire « je ne sais pas ». Ne cherchez pas à avoir réponse à tout parce que si vous faites ça vous allez premièrement vous mettre sous pression et deuxièmement vous risquez de mentir à votre enfant si vous ne trouvez pas la réponse. Si votre enfant vous pose une question, par exemple « qu’est-ce qui se passe après la mort ? » et que vous lui dites « je ne sais pas », c’est ok. Soyez honnête avec votre enfant. C’est très important de lui montrer que parfois les adultes ne savent pas toujours ce qu’il se passe et ne savent pas tout.

Erreur n°5 : Ne pas faire appel à un professionnel de santé si son enfant va mal.

Même si vous êtes un secouriste de l’esprit, même si vous êtes un parent qui aime profondément son enfant, si vous voyez que l’état psychique de votre enfant empire au fur et à mesure des jours, si vous constatez un changement de comportement et si vous constatez un mal-être qui est en train de s’installer profondément chez votre enfant, il faut faire appel à un professionnel de santé que ce soit un psychologue pour enfants ou un pédopsychiatre. Votre amour ne peut pas tout faire. Souvenez-vous que vous ne prodiguez que les premiers secours psychologiques. Gardé à l’esprit que même si votre enfant est suivi par un professionnel de santé vous pourrez tout de même continuer de le guider, de l’apaiser et de le rassurer.

Pour résumer :

Pour parler de la mort à vos enfants éviter de :

  • Cacher votre deuil à votre enfant.
  • Dire à votre enfant comment il doit se comporter.
  • Mentir à son enfant.
  • Chercher à avoir toutes les réponses aux questions de votre enfant.
  • Ne pas faire appel à un professionnel de santé si votre enfant va mal.

4 Partages
Partagez4
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez