5 choses à savoir pour mieux gérer la colère

par | Avr 30, 2020 | Mieux-être, Premiers secours psychologiques pour les adultes | 0 commentaires

emplacement fenêtre

Bienvenue sur ComMemories ! Si vous êtes nouveau ici et que vous êtes parents, vous voudrez sans doute recevoir votre ebook " 3 Conseils indispensables à tous les parents pour aider vos enfants à mieux gérer leurs émotions " : cliquez ici pour le recevoir gratuitement. 

Merci de votre lecture et à très vite sur ComMemories !

La colère est une émotion très puissante. Quand elle prend le dessus sur nous, les effets peuvent être dévastateurs, tant pour nous que pour les personnes qui nous entourent. Car dans ces moments-là, nous pouvons dire des choses blessantes que nous pouvons regretter par la suite, nous pouvons nous comporter de façon inappropriée et nous en vouloir après. Sachez que c’est possible de mieux gérer ses émotions négatives et en particulier la colère et aujourd’hui je vous donne 5 conseils pour y arriver.

1. Laisser la colère venir.

Mon premier conseil va sûrement paraître très bizarre pour vous. Quand vous sentez la colère arriver à un stade où vous ne pouvez plus la cacher, n’essayez surtout pas de la bloquer. Comme pour toutes les émotions négatives, c’est très important de laisser la colère s’exprimer en vous. Dans ces moments-là, je vous recommande d’être seul. Car généralement quand on est en colère on peut avoir envie de frapper sur des choses, on peut avoir envie de crier, de pleurer, d’insulter même, etc. Donc pour cela, mettez-vous dans une pièce où vous pouvez par exemple frapper sur des coussins, casser de la vieille vaisselle, pleurer, crier ou insulter, etc.

Tant que la colère n’aura pas eu la place de s’exprimer, elle restera en vous. Et comme pour le moment elle n’aura pas eu la place de pouvoir s’exprimer et bien elle reviendra à un autre moment, jusqu’à ce qu’elle puisse s’exprimer. Donc quand vous sentez la colère arriver, laissez là venir et surtout laissez-la s’exprimer. Bien sûr, je parle pour les personnes pour qui la colère est une émotion qui arrive de façon non fréquente. Pour les personnes qui sont très souvent en colère, je vous invite à consulter un professionnel de santé ou un coach. Car une colère qui est fréquente cache quelque chose de beaucoup plus profond. Cependant, les conseils qui suivent peuvent également vous aider.

2. Se poser les bonnes questions et faire le point.

Une fois que vous aurez laissé la colère s’exprimer, vous allez pouvoir vous asseoir et faire le point. Ça va être très important de vous poser des questions, qui vont vous permettre de comprendre pourquoi vous êtes en colère et surtout la source de votre colère. Par exemple, vous pouvez vous poser des questions suivantes :

  • Pourquoi je me suis mis en colère ?
  • Qu’est-ce qui a déclenché cette colère en particulier ?
  • Qu’est-ce qui se passe dans ma vie professionnelle et personnelle de négatif en ce moment ?
  • Comment je me sens dans mon corps ?
  • Comment je me sens dans mon esprit?
  • Qu’est-ce que cette colère amène dans mon corps et mon esprit ?

Il s’agit d’une liste non exhaustive. Vous pouvez si vous le souhaitez, vous poser d’autres questions. Ici le but c’est vraiment de faire le point sur ce qui va mal en ce moment. Parce qu’une personne qui a des crises de colère, qu’elles soient fréquentes ou non, c’est quelque chose qui n’est pas normal. La colère est une émotion négative très puissante qui peut faire des dégâts considérables. Il ne faut donc pas la prendre à la légère. Et dès qu’elle pointe le bout de son nez, il faut agir et ça commence en se posant les bonnes questions, en se posant quelques minutes seul avec soi-même pour se poser les bonnes questions et travailler sur soi pour comprendre cette colère et la faire disparaître.

3. Agir contre la colère et la faite disparaître.

Ensuite, il va falloir poser des actions concrètes pour que la colère diminue dans le temps, qu’elle finisse par ne plus revenir et rester loin de vous. La première chose que je vous conseille de faire c’est qu’une fois que vous avez laissé votre colère s’exprimer, que vous vous êtes posé et que vous avez compris la source de votre colère, vous allez pouvoir vous poser d’autres questions, par exemple :

  • Qu’est-ce que je pourrais faire pour éviter que la colère ne revienne ?
  • Qu’est-ce que je peux faire dans cette situation spécifique si ça se reproduit ?
  • Qu’est-ce que je peux faire qui me fait du bien et qui m’apaise ?
  • Quelles sont mes forces face à cette colère ?

Une fois que vous vous serez posé ces questions, faites des activités qui vous font du bien. C’est très important de prendre soin de vous, de façon générale, mais plus spécifiquement lorsque vous ressentez des émotions négatives. Car la colère, une fois qu’elle est passée, laisse une place vide. Comblez cette place par quelque chose de positif avant que la colère ne revienne ou qu’une autre émotion négative ne prenne la place. Si vous ne faites pas ça, il y aura toujours la place pour la colère. Si cette place elle est prise par quelque chose de positif comme du bien-être, de la sérénité ou du calme, elle n’aura pas la place de revenir et ne vous importunera plus.

4. Réfléchir aux actions que vous pouvez mettre en place face à la colère.

Une fois que vous serez relaxé, réfléchissez aux comportements et actions que vous pourriez faire dans les situations dans lesquelles la colère arrive. Si c’est dans le cadre professionnel, on imagine que vous vous entendez mal avec un collègue, qu’il vous parle de façon incorrecte, ne vous respecte pas et que ça vous met en colère, vous pouvez réfléchir aux options qui s’offre à vous dans ce genre de situation. La prochaine fois que ça arrivera, vous pouvez décider par exemple de dire à votre collègue « Je suis désolé, tu me parles mal, je préfère m’en aller et je reviendrai te voir quand tu te seras calmé et quand tu pourras me parler de façon respectueuse ». Au lieu de rester auprès de ce collègue, ne rien dire, prendre sur vous et laisser la colère arriver plus tard, agissez en amont pour empêcher la colère de venir et de prendre le dessus sur vous.

Dans cet exemple, vous pouvez partir dans une autre salle, ou aller voir un autre de vos collègues ou votre patron et lui faire part des tensions entre vous et votre collègue pour ensuite les régler. Si vous êtes un parent qui a des problèmes en ce moment avec un enfant qui est colérique et que vous n’arrivez absolument pas à communiquer, au lieu de vous mettre en colère alors que votre enfant l’est déjà et monter dans une escalade de violence, laisser votre enfant vivre la colère qu’il ressent, et une fois que la crise sera passée, allez le voir et parler avec lui calmement.

5. Consulter si nécessaire.

Et enfin mon dernier conseil : si vous êtes toujours en colère malgré les actions que vous avez mises en place et si vous vous rendez compte que cette colère se transforme en un mal-être vraiment malsain, sachez que vous pouvez consulter un professionnel de santé, un coach de vie, un hypnothérapeute, etc. N’attendez pas que la colère prenne le dessus sur vous et contrôle votre vie. Vous avez le pouvoir d’agir. Sachez qu’il y a des solutions et des personnes qui peuvent vous aider.

Pour résumer :

Pour mieux gérer votre colère :

  • N°1 : Laissez-la venir, laissez-là s’exprimer
  • N°2 : Posez-vous les bonnes questions et faites le point
  • N°3 : Passer à l’action face à la colère pour la faire diminuer et disparaître
  • N°4 : Consulter si nécessaire

4 Partages
Partagez4
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez