4 choses à faire pour calmer les crises de colère de mon enfant

par | Mar 17, 2020 | Mieux-être, Premiers secours psychologiques pour les enfants | 0 commentaires

emplacement fenêtre

Bienvenue sur ComMemories ! Si vous êtes nouveau ici, je vous offre votre séance d'auto-hypnose de 30 minutes qui vous apporte détente, calme et sérénité : cliquez ici pour la recevoir gratuitement. 

Si vous êtes parent, vous voudrez sans doute recevoir votre accès gratuit au cours 7 conseils pour rassurer les enfants et les aider à mieux gérer leurs émotions " : cliquez ici pour recevoir votre accès gratuitement. 

Merci de votre lecture et à très vite sur ComMemories !

La colère c’est une émotion puissante. Quand nous, adultes, sommes en colère, nous pouvons nous sentir mal et dire des choses très blessantes envers les autres. Imaginer ce que vos enfants peuvent ressentir quand ils sont en colère. La colère est un signal que quelque chose ne va pas. Punir ne réglera pas le problème de fond de cette colère, à moins de prendre le temps de parler avec lui et comprendre la source de sa colère. Aujourd’hui, je vous donne 4 conseils sur ce que vous pouvez faire pour calmer les crises de colère de votre enfant.

1. Attendre que la crise de colère passe.

La première chose à faire quand votre enfant est en colère c’est de laisser passer la crise. Tant que votre enfant pleure, cri, voire même qu’il tape sur des coussins, vous ne pouvez rien faire d’autre. C’est la même chose pour les adultes. Tant que nous sommes en colère, nous ne pouvons pas réfléchir correctement, car la colère étant puissante, elle prend le dessus sur nous. Ça ne sert à rien de répéter sans cesse à votre enfant « calme-toi, calme-toi », ça ne fera que renforcer le sentiment colère. Plus vous essayez de lutter, plus vous perdez. Au lieu de lui rabâcher « calme-toi », laissez-le se calmer à son rythme. Vous imaginez si vous êtes vous-même en colère, qu’une personne n’arrête pas de vous dire « calme-toi, calme-toi » ? Au bout d’un moment, ça nous énerve encore plus et on a juste envie de dire à cette personne « Mais ferme là ! fou moi la paix ! ».

Si vous voulez aider votre enfant à se calmer, aller le voir et faites des exercices de respiration. Vous pouvez faire l’exercice de respiration de la mouette. Dites à votre enfant de concentrer sur son regard sur la paume de votre main. Puis, vous levez votre main pendant 4 secondes et pendant ces 4 secondes votre enfant inspire. Ensuite, vous la descendez sur 4 secondes et pendant ces 4 secondes, votre enfant expire. En permettant une meilleure oxygénation de l’organisme, la physiologie du corps de votre enfant change et le calme va progressivement revenir. C’est un exercice qui fonctionne aussi très bien pour les crises de panique.

2. Parlez avec votre enfant et cherchez la source de sa colère.

Une fois que la crise de colère est passée, c’est à ce moment-là que vous allez pouvoir parler avec votre enfant. Si votre enfant est épuisée après ses crises de colère, laissez-le se reposer, il peut avoir envie de dormir. Vous pourrez parler avec lui plus tard, voir même le lendemain. Il ne va pas falloir me parler n’importe comment. Si jamais vous faites la leçon à votre enfant, si jamais vous lui faites la morale et si jamais vous vous mettez vous-même en colère, vous êtes sûre d’échouer et de rentrer dans une relation conflictuelle. Comme je l’ai dit en début d’article, la colère à une source et ce n’est pas en faisant la morale ou en vous mettant en colère que vous allez régler le problème. Soyez plutôt dans la bienveillance, l’empathie et le non-jugement. Le but de votre conversation va être de comprendre la source de sa colère, la source de son mal-être. Pour ça, vous allez pouvoir poser plusieurs questions à votre enfant, par exemple :

  • Pourquoi tu t’es mis en colère ?
  • Est-ce qu’il y a une chose ou plusieurs choses qui t’ont mis en colère ?
  • Qu’est-ce que tu as ressenti ?
  • Est-ce que cette colère tu l’as ressenti uniquement à ce moment-là ou est-ce que ça fait plusieurs jours ou quelque temps que tu la ressens ?
  • Est-ce que tu es en colère de temps en temps ou est-ce que la colère arrive plus souvent ?

Il s’agit d’une liste non exhaustive, vous pouvez très bien poser d’autres questions à votre enfant en fonction de votre situation. En fonction des réponses que votre enfant va vous donner, vous pourrez poser d’autres questions ou alors guider votre enfant vers les solutions qui s’offrent à lui.

3. Guidez votre enfant vers les solutions et ressources dont il dispose.

Parler avec son enfant c’est bien, chercher la source de sa colère aussi, c’est quelque chose de très important, mais ça va être également indispensable de mettre en place des actions concrètes pour que cette colère s’en aille et ne revienne plus. Si par exemple, votre enfant s’est mis en colère parce qu’il se sentait frustré, parce qu’il s’entend mal avec ses copains à l’école, parce qu’il a des mauvaises notes et qu’il sent la pression sur ses épaules d’avoir des bonnes notes et qu’il n’en peut plus, parce qu’il aime beaucoup les gâteaux et que quand il est rentré à la maison il a vu qu’il n’en restait plus et qu’il était extrêmement déçu, etc. Vous allez pouvoir enseigner à votre enfant que parfois dans la vie il y a des imprévus, que parfois dans la vie on obtient pas toujours ce que l’on veut ou alors que ce que l’on souhaite va arriver, mais dans quelque temps seulement, etc. Mais que ce n’est pas parce que dans la vie c’est comme ça que nous devons nous mettre en colère et que justement, quand on sent la colère arriver, nous pouvons agir pour l’empêcher de prendre le contrôle sur nous.

Je vous recommande même très fortement de mettre en place une routine mieux-être pour votre enfant pour bloquer l’arrivée de la colère. Pour aider votre enfant à trouver les meilleures solutions contre sa colère, posez-lui les questions suivantes :

  • Qu’est-ce que tu pourrais faire quand tu sens que la colère arrive ?
  • Qu’est-ce qui te fait du bien ?
  • Qu’est-ce qui te relaxe ?
  • Qu’est-ce qui t’apaise ?
  • Quelles sont tes forces face à la colère ?

En fonction des réponses de votre enfant, vous allez pouvoir créer une routine. Par exemple, si votre enfant a un superhéros préféré, vous pouvez prendre ce superhéros en exemple et dire à votre enfant : « Imagine ton superhéros préféré. Imagine ce qu’il ferait face à la colère. On peut imaginer que la colère c’est ta pire ennemie. Qu’est-ce que tu ferais pour combattre la colère ? Quels super pouvoirs tu utiliserais ? Qu’est-ce que tu mettrais en place ? ». Encore une fois, il s’agit d’une liste non exhaustive, si vous souhaitez poser d’autres questions votre enfant, vous pouvez bien sûr le faire. Par exemple, si votre enfant s’est rendu compte que le fait de respirer profondément calmait sa colère, il va pouvoir mettre en place des exercices de respiration dans sa routine à faire tous les jours, mais également des exercices de respiration qu’il pourra faire s’il sent la colère arriver.

4. Utiliser un code.

Vous pouvez mettre en place un code entre vous. Par exemple, quand votre enfant sent que la colère arrive, au lieu qu’il se mette à crier et à pleurer, il peut par exemple venir vous voir et vous dire qu’il sent la colère arriver, ou alors poser un cercle rouge sur votre bureau, agiter un petit drapeau rouge, etc. À vous de réfléchir à un code pour que votre enfant vous fasse comprendre qu’il se sent en colère s’il n’arrive pas à le verbaliser avec des mots (parfois la colère est tellement puissante que certains enfants ne peuvent pas savoir comment l’exprimer avec des mots). Vous pouvez aussi utiliser un tableau des émotions. Lorsque votre enfant se sentira en colère, au lieu d’attendre que la colère prenne le dessus sur lui, il pourra à l’aide du tableau des émotions vous montrer comment il se sent et vous pourrez ensuite parler avec lui avant que la colère arrive pour désamorcer cette situation. Je vous encourage également à mettre en place dans la routine de votre enfant des exercices de relaxation, de méditation ou de visualisation. C’est très important de mettre en place des activités de bien-être, d’apaisement et de calme face à la colère, car à force de faire des activités comme jouer dehors avec votre enfant, lire avec lui, faire la cuisine avec lui, allez-vous promener tous les deux, ou alors au faire des exercices de relaxation et de méditation ensemble, tout cela deviendra une habitude pour votre enfant et le but de toutes ces actions c’est de faire en sorte que le calme s’installe en lui et que ce soit le calme qui domine son esprit et non pas la colère.

Pour résumer :

Pour calmer les crises de colère de votre enfant :

  • N°1 : Attendez que la crise passe.
  • N°2 : Parlez avec votre enfant et cherchez la source de sa colère.
  • N°3 : Guidez votre enfant vers les solutions et ressources dont il dispose.
  • N°4 : Utilisez un code entre vous et votre enfant si nécessaire.

Je parle plus en détail de comment vous pouvez apaiser, rassurer et aider vos enfants à mieux gérer leurs émotions dans la formation « Apaiser et rassurer les enfants (6-10 ans) ». Vous allez apprendre comment :

– Rassurer et apaiser vos enfants

– Les aider à mieux gérer leurs émotions

– Créer une routine mieux-être adaptée à vos enfants

– Les aider à installer un sentiment de bien-être en eux qui dure sur le long terme

Cliquez ici pour rejoindre la formation.

4 Partages
Partagez4
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez