3 raisons d’être zen pour parler de sujets sensibles avec les enfants

par | Fév 7, 2019 | Parents, Professionnels de l'enfance | 0 commentaires

emplacement fenêtre

Bienvenue sur ComMemories ! Si vous êtes parents, lisez le guide " Les 5 erreurs à éviter pour parler de violence, de guerre et des attentats avec son enfant " : cliquez ici pour le recevoir gratuitement.

Si vous travaillez auprès d’enfants, réserver votre place pour le cours " Les 7 règles de base pour rassurer les enfants " : cliquez ici pour vous inscrire gratuitement. 

Merci de votre lecture et à très vite sur ComMemories.

Dans l’eBook « Violence – Guerre – Attentats : Comment en parler à mon Enfant ? (6-8 ans) » et les deux programmes en ligne, je vous explique qu’avant de commencer toute conversation avec les enfants sur des sujets sensibles (violence, guerre, mort, terrorisme), il faut que vous preniez le temps de vous préparer. Cependant, la préparation, ça ne fait pas tout. Vous pouvez être ultra préparé et perdre tous vos moyens une fois que vous êtes face aux enfants. Vous pouvez vous retrouver envahi par le stress ou la panique. Si c’est le cas, il y a des chances pour que la conversation se passe mal. C’est pour cette raison que la préparation, votre préparation, doit prendre en compte l’aspect émotionnel, car pour parler aux enfants, il est indispensable d’être calme et détendu et je vais vous expliquer pourquoi.

 

Les enfants vont sentir votre stress.

Il faut savoir que les enfants sont de véritables petites éponges. Ils vont sentir quand quelque chose ne va pas. Ils vont sentir ce que vous dégagez, que ce soit du stress, de la peur ou de la panique. Imaginons que vous alliez voir votre enfant ou un groupe d’enfants dont vous avez la responsabilité dans votre travail, et que vous commencez à leur parler d’un sujet sensible. Nous partons du principe que vous vous êtes bien préparé. Mais, vous êtes complètement tendu, vous avez peur de parler du sujet sensible en question, ça vous stresse énormément et ça se répercute sur la façon dont vous parlez, sur les gestes que vous faites, sur l’intonation de votre voix et sur le rythme de votre respiration. Tout cela va avoir un impact sur les enfants, qui ne vont pas forcément comprendre pourquoi vous réagissez de la sorte. Ce qui partait d’une bonne intention, c’est-à-dire parler d’un sujet sensible avec eux pour qu’il puisse s’exprimer et pour que vous puissiez les rassurer, finit par devenir un véritable moment de stress. Comment voulez-vous parler sereinement d’un sujet difficile avec les enfants alors que vous êtes totalement stressé, et comment voulez-vous les rassurer alors que vous-même n’êtes pas rassuré ? Le stress a fini par prendre le dessus sur vous. Si c’est quelque chose qui vous est déjà arrivé, ne culpabilisez pas. C’est tout à fait normal d’être stressé, de perdre ses moyens, parce qu’il ne s’agit pas d’une conversation ordinaire. Vous ne parlez pas des jouer que les enfants ont reçus pour Noël ou du cadeau qu’ils vont faire pour la fête des Mères ou la fête des Pères. Vous parlez d’un sujet sérieux et difficile, chose qui peut s’avérer compliquée pour certaines personnes travaillant auprès d’enfants et certains parents, même avec la meilleure préparation du monde. C’est pour cette raison que préparer la conversation un minimum à l’avance est indispensable. Mais préparer son mental, son état d’esprit, est également essentiel pour une bonne gestion des émotions et pour parler le plus sereinement possible avec les enfants.

Le stress est mauvais pour la santé.

C’est désormais connu : le stress est mauvais pour notre santé. Sur le long terme, le stress est néfaste pour notre santé. Lorsque nous sentons le stress monter, parce que nous avons une tâche imprévue et qu’il faut la faire avant la fin de la journée, l’adrénaline et le cortisol (deux hormones) vont être libérés dans notre organisme pour nous aider à faire face à ce « nouvel environnement », c’est-à-dire cette nouvelle tâche que nous devons accomplir rapidement. Une fois accompli, le stress retombe et nous nous sentons mieux. Il s’agit ici d’un bon stress, le genre de stress que l’on rencontre au quotidien, que ce soit dans notre vie professionnelle ou personnelle. Par contre, si c’est un stress qui devient chronique, les choses se compliquent. Si vous souhaitez absolument parler avec des enfants, ou votre enfant, d’un sujet sensible, mais qu’à chaque fois que vous le faites, vous vous retrouvez dans un état de stress, ou de panique, et que ce stress reste avec vous toute la journée, voir même plusieurs jours, c’est mauvais signe. Vous pouvez passer des heures à vous préparer pour la discussion que vous allez avoir avec les enfants, au final c’est le stress qui prendra le dessus et viendra tout gâcher. Il va donc être très important de vous relaxer et de vous poser les bonnes questions, ou plutôt une question : « Est-ce que je me sens prêt à parler de violence, de guerre ou de terrorisme avec les enfants/mon enfant ? ». Si la réponse est oui, allez-y. Mais si la réponse est non, surtout ne le faites pas. Ne vous forcez surtout pas à parler d’un sujet sensible avec les enfants. Si vous n’avez pas envie de parler, si vous ne vous sentez pas prêt, si vous ne savez pas comment faire pour parler et rassurer les enfants, mais que vous le faites quand même, vous risquez de faire plus de mal que de bien. Non pas que vous voulez faire du mal, mais parce que vous ne vous sentez pas prêt, vous n’avez pas toutes les connaissances nécessaires pour ce genre de conversation, il vaut mieux éviter de parler avec les enfants.

Qu’est-ce que je peux faire pour mieux me préparer ?

La première chose est d’enrichir vos connaissances sur comment parler de sujets sensibles avec les enfants. La deuxième chose va être de préparer la discussion que vous allez avoir avec eux, en prenant des notes sur ce que vous allez dire par exemple. La troisième chose va être d’apprendre à gérer vos émotions négatives ainsi que votre stress. C’est normal de se sentir stressé au moment où vous allez commencer la discussion. Le but est de faire disparaître ce stress pour laisser place à l’échange. Enrichir vos connaissances, une préparation concrète de ce que vous allez dire et une bonne gestion de votre stress, sont les bases d’une bonne préparation. Mais comment apprendre à gérer son stress ? C’est ce qui m’amène au point numéro trois.

La préparation mentale.

Une fois la préparation de la conversation terminée, il va falloir s’occuper de votre mental, de votre esprit. Pourquoi ? Parce que vous allez parler de sujets difficiles, auxquels vous n’êtes pas forcément habitué et qui peuvent vous amener à ressentir des émotions négatives (tristesse, colère, peur, etc.). Comment fait-on concrètement pour préparer son mental à ce genre de discussion ? Tout simplement en prenant du temps pour soi et en se relaxant. Je l’ai souvent dit dans les articles du blog et je le répète : pour vous relaxer, faites des activités qui vous font du bien. Dans un premier temps, vous pouvez aller marcher, rester assis chez vous sur votre canapé à lire un livre ou écouter une musique relaxante, prendre un bain chaud, cuisiner un plat que vous aimez, aller boire un verre, un café ou un thé avec votre famille ou vos amis, etc. Je vous encourage à faire de ces activités des habitudes de vie. Dans un second temps, je vous encourage à pratiquer la méditation guidée, la veille et/ou le moment avant de parler avec les enfants (si vous le pouvez).

Qu’est-ce qu’une méditation guidée ? Il s’agit soit d’une vidéo, soit d’un fichier audio de type MP3, dans laquelle une personne parle et vous guide pour vous relaxer. C’est particulièrement efficace pour les personnes qui débutent les séances de méditation et de relaxation, car quand on débute, on ne sait pas toujours comment faire. Vous pouvez rester assis ou allongé, fermer les yeux, prendre votre téléphone et vos écouteurs ou brancher une enceinte, et écouter une méditation guidée qui va vous relaxer et faire diminuer votre stress. Plus vous en ferez, plus vous arriverez à mieux gérer vos émotions négatives et le stress.

 

Pour résumer :

Si vous parlez de sujets sensibles avec les enfants, assurez-vous d’être prêt, de vous êtes préparé et surtout d’être un minimum calme. C’est tout à fait normal de se sentir stressé lorsque l’on commence la discussion. Mais si vous savez bien gérer votre stress, vous verrez qu’il disparaîtra pour laisser place à un moment d’échange, d’expression, de bienveillance et de réconfort.

 

Si vous êtes parents, lisez le guide  » Violence – Guerre – Attentats : Comment en Parler à mon Enfant ? (6-8 ans) «  dans lequel je vous explique comment parler de sujets sensibles avec vos enfants, quels mots utiliser pour qu’ils comprennent en douceur, comment vous mettre à leur niveau et utiliser la bonne posture pour leur parler et comment faire pour les rassurer : cliquez ici pour réserver votre exemplaire.

    Le Podcats

    3 raisons d’être zen pour parler de sujets sensibles avec les enfants

    by Elodie | The ComMemories Podcast

    81 Partages
    Partagez81
    Tweetez
    Partagez
    Enregistrer
    Partagez