3 étapes pour s’apaiser avant de parler avec les enfants

par | Sep 26, 2019 | Parents, Premiers Secours Psychologiques, Professionnels de l'enfance | 0 commentaires

emplacement fenêtre

Bienvenue sur ComMemories ! Si vous êtes parents, lisez le guide " Les 5 erreurs à éviter pour parler de violence, de guerre et des attentats avec son enfant " : cliquez ici pour le recevoir gratuitement.

Si vous travaillez auprès d’enfants, réserver votre place pour le cours " Les 7 règles de base pour rassurer les enfants " : cliquez ici pour vous inscrire gratuitement. 

Merci de votre lecture et à très vite sur ComMemories.

Quand nous parlons de sujets difficiles avec les enfants, c’est normal que ça nous touche. Nous pouvons nous sentir stressé, anxieux, voire carrément paniqué si on doit parler de violence, de guerre ou des attentats avec les enfants. Nous ne sommes pas du tout habitués à parler de ce genre de choses avec eux et personne ne nous a expliqué au moment où nous sommes devenus parents, au moment où nous avons commencé à travailler avec les enfants comment parler de tout cela avec eux le plus sereinement possible. Du coup, nous nous retrouvons juste avec nous-mêmes et nous devons faire de notre mieux avec ce que nous avons. Mais parfois c’est difficile. Certaines personnes vont réussir à gérer ce qu’elles ressentent (la peur, l’anxiété, le stress) alors que d’autres vont être submergés. La première chose que je tiens à vous dire c’est que si vous faites partie de ces personnes-là, c’est normal. Moi-même ça m’est arrivé. La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez reprendre la main sur la gestion de vos émotions. Alors je ne suis pas en train de dire que vous allez du jour au lendemain faire blocage au stress, à l’anxiété et la panique. Par contre, il y a des outils qui existe et qui peuvent vous aider à mieux gérer ce flow d’émotions négatives et c’est de ça dont je vais vous parler aujourd’hui.

 

Étape n°1 : calmez votre mental.

Quand les enfants nous pose des questions, par exemple : « C’est quoi la mort ? », « Pourquoi il y a des attentats ? », Est-ce que la guerre peut arriver ici ? », etc. nous nous pouvons nous sentir désemparés. Nous ne savons pas forcément quoi répondre et même si nous voulons répondre nous ne savons pas forcément quoi dire ni par où commencer. Du coup, il peut se passer plusieurs choses : il peut arriver que l’on se dise « Je n’arrive pas à parler de ça avec mon enfant, je suis nul comme parent », ou alors que le stress arrive tout d’un coup parce que c’est quelque chose dont vous avez peur de parler, que vous ayez personnellement vécu un événement traumatisant ou pas. Le simple fait d’avoir vu des images à la télévision de violence, de guerre ou des attentats suffit parfois pour certaines personnes à les traumatiser. Si vous êtes une personne qui de base est stressée et qui s’inquiète facilement, dans ce genre de situation vous allez stresser aussi. Vous pouvez également vous poser plusieurs questions : 

  • « Comment je vais faire pour parler de ça avec mon enfant ? »
  • « Comment je vais faire pour lui expliquer ce que c’est sans le choquer ou traumatiser ? »
  • « Qui va pouvoir m’aider ? »
  • « Comment je vais faire pour qu’il comprenne ? »
  • « Et s’il n’arrive pas à rester, calme ? »
  • « Et s’il pleure ? »
  • « Et s’il a peur »
  • et si et si et si…

Et ,là vous partez dans des scénarios. Vous faites une projection dans le futur alors que vous n’êtes même pas sûre si tout ce que vous envisagez va arriver.

La première chose à faire va être de couper court à tout ça. Dès que vous avez des pensées de ce type qui arrive, vous les stoppez. Prenez une profonde inspiration, voir même plusieurs et vous vous sentirez plus calme. Alors je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire. Dites-vous que l’esprit est comme un muscle qu’il faut entraîner, tous les jours. Personnellement, ce type d’exercice m’a beaucoup aidé. Il y a quelques années, j’étais le genre de personne à me demander et si et si et si. Le problème de ce schéma de pensée, c’est que l’on s’inquiète pour quelque chose qui appartient au futur, alors que nous ne sommes même pas sûre que ça va arriver. Ce qui peut créer du stress et de l’anxiété pour rien et tout ça, va avoir des répercussions négatives sur notre physique et notre mental. Donc la première chose à faire est de calmer votre mental et de stopper ces pensées négatives.

 

 

Étape n°2 : préparez-vous à l’avance.

Maintenant que vous avez calmé votre mental, il va falloir parler avec les enfants. Pour ça, il va falloir vous préparer. J’ai écrit un article la semaine dernière sur les 3 conseils pour vous aider à parler de sujets difficiles avec les enfants, dans lequel je parle de préparation. Je vous invite à le lire en cliquant ici pour que vous puissiez savoir comment vous préparer.

Ce que vous devez savoir, c’est que le fait de vous préparer à l’avance va permettre d’atténuer le stress. Je vais prendre un exemple : ça nous est tous arrivé dans notre vie de passer un examen oral ou un entretien d’embauche. Même si nous avions bien bossé dessus, nous étions quand même arrivés à l’examen avec un petit stress et une certaine appréhension. C’est normal, ça le fait à tout le monde. Par contre, si vous étiez arrivés à votre examen ou à l’entretien d’embauche sans vous préparer, vous auriez paniqué. D’où l’importance d’un minimum de préparation en amont, parce qu’en plus de pouvoir répondre aux questions qu’on peut vous poser, vous allez vous sentir moins stressé parce que vous savez que vous avez révisé, que vous avez travaillé et vous savez que vous allez pouvoir répondre à la plupart des questions. Après, il y aura toujours un petit stress qui sera là. Quand vous parlerez avec les enfants, ce sera pareil. Vous aurez beau vous préparer du mieux possible, au moment où vous devrez parler avec les enfants vous serez stressé, voir anxieux et c’est tout à fait normal, surtout si c’est la première fois que vous le faites.

 

Étape n°3 : faites des exercices de relaxation.

La troisième étape que je vous invite à faire juste avant de parler avec les enfants, c’est de vous relaxer. Si vous êtes quelqu’un qui aime la méditation, je vous conseille fortement d’en faire. Si la méditation n’est pas votre truc, comme c’est le cas pour moi, vous pouvez faire de la relaxation. Nul besoin de vous asseoir en tailleur, paumes de main vers ciel. Vous pouvez simplement vous asseoir ou vous allonger et écouter de la musique relaxante, des vidéos ASMR ou une méditation guidée. Vous trouverez plusieurs milliers de vidéos sur internet, en particulier sur YouTube pour vous aider à vous relaxer.

Si la relaxation n’est pas votre truc, vous pouvez faire des exercices de respiration. Je vous conseille de faire l’exercice de respiration 4 × 4 : vous allez inspirer pendant 4 secondes, bloquer votre respiration pendant 4 secondes, expirer pendant 4 secondes et bloquer une nouvelle fois votre respiration pendant 4 secondes avant de reprendre un autre cycle. Faites ce cycle 4 fois. Le simple fait de respirer profondément va vous détendre sur le plan physique, car l’oxygène est amené partout dans votre organisme, ce qui va se répercuter sur votre mental qui va lui aussi se calmer.

 

Pour résumer :

  • Calmez votre mental qui part dans tous les scénarios possibles. Stoppez les pensées négatives dès qu’elles apparaissent, comme les mauvaises herbes (dès qu’elles sortent de la terre, il faut les éradiquer).
  • Préparez la discussion à l’avance. Certes, vous serez quand même un peu stressé et c’est normal. Mais comme vous vous serez préparé, vous saurez quoi répondre aux enfants.
  • Détendez-vous en faisant de la méditation, de la relaxation ou des exercices de respiration.

Si vous êtes parents, lisez le guide « Violence – Guerre – Attentats : Comment en Parler à mon Enfant ? (6-8 ans) » dans lequel je vous explique comment parler de sujets sensibles avec vos enfants, quels mots utiliser pour qu’ils comprennent en douceur, comment vous mettre à leur niveau et utiliser la bonne posture pour leur parler et comment faire pour les rassurer : cliquez ici pour réserver votre exemplaire.

Le Podcast

3 étapes pour s’apaiser avant de parler avec les enfants

by Elodie | The ComMemories Podcast

1 Partages
Partagez1
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez