emplacement fenêtre

Bienvenue sur ComMemories ! Si vous êtes nouveau ici et que vous êtes parents, vous voudrez sans doute recevoir votre ebook " 3 Conseils indispensables à tous les parents pour aider vos enfants à mieux gérer leurs émotions " : cliquez ici pour le recevoir gratuitement. 

Merci de votre lecture et à très vite sur ComMemories !

Je ne connais personne, qui à un moment donné dans sa vie ne s’est pas inquiété, n’a pas ressenti de stress, de peur ou d’anxiété. Je ne connais personne qui soit zen 24h sur 24. Certaine personnes sont sujet à l’anxiété à des niveaux différents. Certaines vont ressentir de l’anxiété de façon passagère, alors que d’autres font face à de l’anxiété chronique. Moi-même, depuis le stress post-traumatique, j’ai remarqué que j’avais tendance à être plus anxieuse. Pourtant, il y a plusieurs choses que vous pouvez faire pour réduire l’anxiété. Prendre des médicaments peut aider, aller voir un spécialiste aussi. Mais la seule personne qui peut vraiment changer les choses et améliorer sa vie, c’est vous. Aujourd’hui, je vous donne 3 conseils pour réduire l’anxiété.

1. Écouter ce que vous dit votre anxiété.

La première chose que je vous conseille de faire c’est d’écouter ce que vous dit votre anxiété. Je sais que ce n’est pas courant de conseiller à quelqu’un d’écouter ses émotions négatives. D’habitude, les gens ont tendance à dire pour nous rassurer : « Mais non, tu verras, ça va bien se passer, tu t’inquiètes pour rien, il faut que tu arrêtes d’être dans ce mode de pensée, etc. ». Et ce que je vous demande c’est de faire l’inverse. Pourquoi ? Parce que si vous continuez d’ignorer ce que vous disent vos émotions négatives, elles vont continuer d’exister en vous, continuez de vous pourrir la vie et surtout elles peuvent s’accumuler et vous faire encore plus de mal. C’est pour cette raison qu’il est très important de les écouter et de les nommer. Car il n’y a qu’en les écoutant que vous allez pouvoir les faire taire. Pour cela, prenez quelques minutes et asseyez-vous dans une pièce où vous êtes seul. Prenez une feuille et écrivez tout ce qui vous passe par la tête, tout ce que votre anxiété vous dit. Une fois que vous aurez tout écrit, reprenez cette feuille, lisez-là et posez-vous les questions suivantes :

  • Quelle est la probabilité que ce que j’ai écrit arrive ?
  • Si ça arrive, qu’est-ce que je pourrais faire ?
  • Quelle est la pire chose qui pourrait arriver ?
  • Et si c’était un ami proche qui me disait tout ça, qu’est-ce que je lui dirais ?

Ici, le but est de prendre votre anxiété en considération, de noter avec précaution ce qu’elle vous dit et ensuite d’utiliser la logique pour la faire taire.

2. Exposez-vous aux situations qui provoquent l’anxiété.

Si vous écoutez trop vos peurs et votre anxiété, vous risquez de vous priver de nombreux moments de bonheur et de passer à côté de votre vie. Vous pouvez reprendre le contrôle et faire taire votre anxiété, cette petite voix dans votre tête remplie de doutes et de peurs. Croyez-moi, je parle d’expérience. Concrètement, comment vous pouvez faire ? Tout simplement en vous exposant à des situations qui provoquent l’anxiété. Tout simplement ? Ce n’est pas aussi simple que ça. Je suis passé par là quand j’avais le stress post-traumatique et ça a pris des mois avant que je me sente de nouveau à l’aise avec ce qui provoquait de la panique, des peurs et des angoisses.

Prenez une situation qui vous fait peur, par exemple aller faire vos courses aux heures où il y a beaucoup de monde dans les magasins. Le but n’est pas de vous confronter à cette situation du jour au lendemain, mais d’y aller petit à petit. Par exemple, vous pouvez vous rendre dans les magasins aux heures où il y a peu de monde pendant une semaine. Une fois que vous êtes à l’aise avec ça, la deuxième semaine vous vous rendez au magasin aux heures où il y a un peu plus de monde. Une fois que vous vous sentez plus à l’aise, la troisième semaine vous pouvez vous rendre au magasin aux heures de pointe et rester peu de temps. Et une fois que vous êtes à l’aise avec ça, vous pouvez aller dans les magasins aux heures de pointe et rester un peu plus longtemps. Vous vous exposez petit à petit ce qui aura pour résultat de faire baisser progressivement votre anxiété et cette petite voix dans votre tête, car vous vous prouvez que vos angoisses n’ont pas lieu d’être.

3. Visualiser ce qui vous rend anxieux.

Et enfin, ce que vous pouvez faire pour réduire l’anxiété, c’est visualiser les situations qui vous rendent anxieux. Personnellement, quand j’ai développé le stress post-traumatique, j’avais très peur de me rendre dans les magasins aux heures de pointe. J’ai mis plusieurs mois avant de pouvoir retourner faire mes courses dans les magasins avec beaucoup de monde autour de moi. Une technique que j’ai utilisée pour m’aider, c’est la visualisation.

Avant d’aller faire mes courses, je prenais quelques minutes pour visualiser le magasin rempli de monde, le bruit que j’entendais, les sensations que j’avais, ce que je voyais, etc. Et le fait de visualiser m’a beaucoup aidé. À votre avis pourquoi ? Parce que le cerveau ne fait pas la différence entre ce qui est réel et ce qui est imaginaire. En visualisant cette scène, mon cerveau croit que c’est vraiment en train de se passer. Une fois l’exercice terminé, le cerveau croit que c’est vraiment arrivé, que tout s’est très bien passé et qu’il n’y a aucune raison de s’inquiéter. C’est une technique que vous pouvez utiliser pour réduire l’anxiété, mais aussi pour réduire la peur, le stress, pour vous préparer à un examen écrit ou oral, à un voyage si vous avez peur de prendre l’avion, etc. La visualisation est un outil très efficace pour réduire l’anxiété. Cet exercice m’a énormément aidé et continue de m’aider encore aujourd’hui.

Pour résumer :

Vous pouvez réduire l’anxiété que vous ressentez avec les 3 conseils suivant :

  • N°1 : écouter ce que vous dit votre anxiété. Il n’y a qu’en l’écoutant et la nommant que vous pourrez la faire taire et la faire partir.
  • N°2 : exposez-vous progressivement aux situations qui provoquent l’anxiété. Ainsi, vous vous sentirez de plus en plus à l’aise, de plus en plus confortable avec des situations qui vous étaient inconfortables.
  • N°3 : visualiser ce qui vous rend anxieux. Le cerveau ne faisant pas la différence entre le réel et l’imaginaire, il croira que ce que vous visualisez est réellement en train d’arriver, que tout se passe bien et qu’il n’a pas lieu de s’inquiéter.

4 Partages
Partagez4
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez