Le 11 novembre 1918

par | Nov 8, 2018 | Histoire | 2 commentaires

emplacement fenêtre

Bienvenue sur ComMemories ! Si vous êtes parents, lisez le guide " Les 5 erreurs à éviter pour parler de violence, de guerre et des attentats avec son enfant " : cliquez ici pour le recevoir gratuitement.

Si vous travaillez auprès d’enfants, réserver votre place pour le cours " Les 7 règles de base pour rassurer les enfants " : cliquez ici pour vous inscrire gratuitement. 

Merci de votre lecture et à très vite sur ComMemories.

Le 11 novembre 1918 est une date importante dans l’histoire de France, puisque c’est ce jour-là que la Première Guerre mondiale a pris fin. Cependant, il aura fallu attendre 4 ans avant qu’un armistice ne soit signé. Retour sur une journée historique.

 

L’avant 11 novembre.

Mais comment en est-on arrivé là ? Comment cette guerre meurtrière a pu prendre fin ? Pour comprendre ce qu’il s’est passé, il faut remonter à l’été 1918. L’armée allemande est alors en difficulté. La cause ? L’arrivée des alliés (Britanniques et Américains, avec environ quatre millions de soldats) va sonner la fin de l’offensive allemande. Erich Ludendorff, chef des armées allemandes, écrira dans ses mémoires que le 8 août 1918 est un jour de deuil pour l’armée allemande, car à partir de ce moment-là, elle doit reculer. C’est le début de la fin de la Première Guerre mondiale. Guillaume II, empereur d’Allemagne, en est informé dès le mois de septembre. Il sait que la guerre est perdue d’avance. Cependant, personne n’est encore prêt à se faire à cette idée. Il faudra attendre le mois d’octobre pour qu’un armistice commence à se concrétiser. Guillaume II, nomme alors le prince Max de Bade à la tête du gouvernement (aussi appelé chancellerie) avec l’espoir de travailler sur des conditions de paix convenables.

Mais le temps presse. Les alliés de l’Allemagne sont battus et signent, chacun leur tour, des armistices, alors qu’au même moment l’anarchie et la guerre civile s’emparent de l’Allemagne. La situation devient difficile à gérer, à tel point qu’au matin du 9 novembre, le prince Max de Bade demande à l’empereur d’abdiquer pour sortir l’Allemagne de la guerre civile. Guillaume II s’exécute et décide de s’exiler aux Pays-Bas. Le prince Max de Bade démissionne. La voie est désormais libre pour signer l’armistice. Ce sera fait deux jours plus tard.

 

 

Une journée historique.

Le 11 novembre 1918 à 5h15 du matin, dans un wagon réaménagé en bureau de commandement réquisitionné par l’armée française, dans la clairière de Rethondes près de Compiègne, l’armistice de la Première Guerre mondiale est enfin signé. Du côté des alliées, les personnes ayant signé l’armistice sont le Maréchal Foch (commandant des forces alliées), l’Amiral Wemyss (représentant britannique), le Général Weygand (chef d’État-major du Maréchal Foch). Mathias Erzberger, qui représente le gouvernement allemand (la république de Weirmar), signera le document pour l’Allemagne. À la suite de cet armistice, l’Allemagne se voit imposer certaines conditions. Elle doit :

  • Remettre la majorité de son matériel militaire et de transport
  • Évacuer la rive gauche du Rhin et trois têtes de pont (Coblence, Cologne et Mayence)

L’armistice prend effet à 11h du matin le même jour, et doit durer 36 jours. Pour la première fois depuis quatre ans, les soldats français et allemands peuvent se regarder en face sans s’entretuer. Le document signé le 11 novembre est un armistice et non un traité de paix. Il sera renouvelé plusieurs fois jusqu’à la signature du traité de paix le 28 juin 1919.

Le wagon dans lequel l’armistice du 11 novembre a été signé a par la suite été transformé en musée. Malheureusement, il a été détruit pendant la Seconde Guerre mondiale, mais une réplique a été construite. La voiture 2439D, qui fait partie de la même série que la voiture originale, a été créée et réaménagée à l’identique en utilisant du mobilier d’origine. 

 

 

 

Le jour férié.

Il faudra attendre un peu plus de quatre ans, avant que le 11 novembre ne soit déclaré jour férié par le parlement le 24 novembre 1922. Ce jour est également connu sous le nom de jour du Souvenir. Trois ans auparavant, un projet d’hommage à un soldat inconnu mort pendant la Première Guerre mondiale est adopté. Le soldat inconnu sera inhumé sous l’Arc de Triomphe le 28 janvier 1921. Le 11 novembre 1923, la flamme du souvenir est allumée et sera ravivée chaque soir.

 

Le saviez-vous ?

Tous les jours à 18h30 une cérémonie a lieu sous l’Arc de Triomphe où la flamme du souvenir est allumée en honneur du soldat inconnu et de tous ceux morts au combat pendant la Première Guerre mondiale.  

Chaque année, des cérémonies commémoratives sont organisées un peu partout en France lors du 11 Novembre, pour rendre hommage aux soldats morts pendant la Grande Guerre. Lazare Ponticelli, dernier poilu français, meurt le 12 mars 2008. 

 

La Première Guerre mondiale résumée en moins de 10 minutes

 

Le 11 Novembre existe pour nous rappeler les dégâts considérables que la Première Guerre mondiale a causés. Plus de 8 millions de personnes ont perdu la vie et des millions d’autres ont été blessés, des jeunes pour la plupart. Cette guerre a profondément choqué la société de l’époque. Il y aura un avant et un après la guerre. Il ne reste aujourd’hui que des récits dans les manuels d’histoire, des films, des documentaires et des livres. Ces témoignages précieux sont là pour nous rappeler ce qu’il s’est passé, pour ne pas oublier que des tragédies ont existé, et qu’il est de notre responsabilité de ne pas les reproduire.

1 Partages
Partagez1
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez